Politiques familiales municipales (PFM) au Québec : une politique locale pour faire face aux enjeux de développement?

Politiques familiales municipales (PFM) au Québec : une politique locale pour faire face aux enjeux de développement?

Politiques familiales municipales (PFM) au Québec : une politique locale pour faire face aux enjeux de développement?

Politiques familiales municipales (PFM) au Québec : une politique locale pour faire face aux enjeux de développement?s

| Ajouter

Référence bibliographique [11872]

Rochman, Juliette et Tremblay, Diane-Gabrielle. 2011. «Politiques familiales municipales (PFM) au Québec : une politique locale pour faire face aux enjeux de développement? ». Politiques et management public, vol. 28, no 4, p. 399-439.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Pour une meilleure compréhension, nous reviendrons dans un premier temps sur la nature des PFM [politiques familiales municipales] et les éléments contextuels ayant permis leur essor au Québec. Dans un deuxième temps, nous verrons comment le caractère transversal et souple des PFM permet leur intégration aux stratégies locales et facilite le positionnement des municipalités par rapport à leurs propres mandats. Ceci nous amènera finalement à questionner le rôle et la portée des PFM en regard de leur vocation première, soit d’améliorer la qualité de vie des familles, mais aussi des enjeux du développement local.» (p. 470)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«[L]a recherche s’appuie sur une méthodologie de type qualitative. Nous avons en effet mené une analyse comparée d’une vingtaine de cas de municipalités (16), de municipalités régionales de comté (MRC-2) et de Conférence Régionale des Élus (CRÉ-2) ayant adopté une Politique familiale municipale ou des mesures spécifiques de conciliation famille-travail-études (CFT)». (p. 470)

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«La diffusion des PFM et leur adoption par les collectivités locales, se situe dans un contexte de diversification (officielle ou officieuse) des mandats de ces dernières, associée à une stagnation, voire une réduction des budgets disponibles. Aux compétences obligatoires déléguées aux municipalités, viennent en effet s’ajouter de nouvelles responsabilités constituant une zone grise et ne pouvant pas être directement intégrées, sous peine de courir le risque de se les voir attribuer de manière officielle (sans les budgets correspondants). Dans ce contexte, les PFM apparaissent aux yeux de certaines municipalités comme une occasion à saisir. Elles permettent d’aborder de manière prudente les problématiques de la ’zone grise’ tout en proposant de façon anticipée des éléments de solution à des problèmes susceptibles de se poser de manière impérieuse dans le futur (logement, santé, sécurité, environnement, immigration). […] Pour certaines municipalités, les PFM peuvent servir de soutien à des ententes avec différents ministères ou à des partenariats avec des organismes paragouvernementaux ou communautaires. […] Les PFM sont également, pour les fonctionnaires, de remarquables outils argumentaires, leur permettant de faire valoir l’intérêt des familles et des citoyens et d’influencer en ce sens la répartition le l’enveloppe budgétaire de leur municipalité.» (p. 489-490)