L’utilisation de mesures indirectes et directes du comportement dans l’évaluation des interventions ciblant les enfants agressifs

L’utilisation de mesures indirectes et directes du comportement dans l’évaluation des interventions ciblant les enfants agressifs

L’utilisation de mesures indirectes et directes du comportement dans l’évaluation des interventions ciblant les enfants agressifs

L’utilisation de mesures indirectes et directes du comportement dans l’évaluation des interventions ciblant les enfants agressifss

| Ajouter

Référence bibliographique [11862]

Poulin, François, Moisan, Annick et Cantin, Stéphane. 2011. «L’utilisation de mesures indirectes et directes du comportement dans l’évaluation des interventions ciblant les enfants agressifs ». Mesure et évaluation en éducation, vol. 34, no 1, p. 1-23.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Le premier objectif de cet article consiste à mettre en évidence les limites associées à l’utilisation de mesures indirectes pour évaluer le comportement des enfants exposés à une intervention. Le second objectif vise à illustrer les enjeux associés à l’utilisation de mesures directes basées sur l’observation du comportement.» (p. 1)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


«[U]ne stratégie couramment employée pour évaluer la fréquence d’émission de certains comportements par l’enfant consiste à consulter les individus qui interagissent avec lui sur une base régulière. […] Les parents sont une source d’information fort intéressante parce qu’ils côtoient beaucoup leur enfant et qu’ils connaissent son évolution. Cependant, les parents savent que leur enfant prend part à une intervention et, dans bien des cas, ils sont eux-mêmes activement impliqués dans l’intervention. Ils ont tendance à surestimer les effets des interventions et à rapporter des changements positifs dans le comportement de l’enfant, que ces changements soient réels ou non (Stoolmiller, Eddy et Reid, 2000). […] Les perceptions des parents […] sont généralement recueillies par questionnaire, ce qui constitue également une limite importante […] quant à sa [le questionnaire] capacité à détecter des changements plus minimes.» (p. 5) «Dans tous les cas, il s’avère également pertinent de recueillir des données indirectes afin de voir si les changements observés dans ces différents contextes d’observation s’accompagnent d’un changement de perception chez les parents […].» (p. 18)