Immigration, adolescence, conflits : quand rien ne va plus, une approche de médiation familiale et interculturelle

Immigration, adolescence, conflits : quand rien ne va plus, une approche de médiation familiale et interculturelle

Immigration, adolescence, conflits : quand rien ne va plus, une approche de médiation familiale et interculturelle

Immigration, adolescence, conflits : quand rien ne va plus, une approche de médiation familiale et interculturelles

| Ajouter

Référence bibliographique [11810]

Malhamé, Youmna. 2011. «Immigration, adolescence, conflits : quand rien ne va plus, une approche de médiation familiale et interculturelle ». Défi jeunesse, vol. 17, no 3, p. 20-26.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Dans cet article, l’auteure aborde la question des conflits familiaux en contexte d’immigration à Montréal. Ainsi, [elle] stipule que «[d]es conflits entre parents et adolescents peuvent se vivre dans toutes les familles. Toutefois, lorsqu’il est question de conflits intergénérationnels vécus dans les familles immigrantes, pour bien comprendre la situation, il faut tenir compte du contexte migratoire de ces familles.» (p. 21)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


«[L]’approche de médiation familiale et interculturelle pourrait s’arrimer au service de consultation ethnoculturelle du CJM-IU [(Centre jeunesse de Montréal - Institut universitaire)]. Ce service existe déjà depuis quelques années et commence à faire ses preuves. Tout au long de cet essai, je suis souvent revenue sur l’importance d’une évaluation complète de la situation familiale et du contexte migratoire, préalable à un processus de médiation. Les consultations permettent de répondre à ce besoin. Aussi, en plus de dresser un récit de l’histoire familiale, celles-ci aident les intervenants à mieux comprendre la situation. Ces consultations rassemblent intervenants psychosociaux et de réadaptation impliqués auprès de la famille qui, par leurs échanges, arrivent à partager un sens commun autour de la problématique. […] Le deuxième élément que j’ai pu identifier comme essentiel à l’intégration d’une approche de médiation familiale et interculturelle est le principe de collaboration entre les intervenants. L’intervention en partenariat permet d’alléger le travail en partageant les tâches entre les intervenants.» (p. 24-25)