La reconnaissance de la langue des signes québécoise (LSQ) pour le développement de la littératie et de la participation sociale de la personne sourde au Québec

La reconnaissance de la langue des signes québécoise (LSQ) pour le développement de la littératie et de la participation sociale de la personne sourde au Québec

La reconnaissance de la langue des signes québécoise (LSQ) pour le développement de la littératie et de la participation sociale de la personne sourde au Québec

La reconnaissance de la langue des signes québécoise (LSQ) pour le développement de la littératie et de la participation sociale de la personne sourde au Québecs

| Ajouter

Référence bibliographique [11803]

Letscher, Sylvain, Parent, Ghyslain et Deslandes, Rollande. 2013. «La reconnaissance de la langue des signes québécoise (LSQ) pour le développement de la littératie et de la participation sociale de la personne sourde au Québec ». Globe : revue internationale d’études québécoises, vol. 16, no 1, p. 45-70.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Le but de cet article est de relever la manière dont, au Québec, les familles, l’école et la communauté facilitent le développement de la participation sociale de personnes sourdes gestuelles ou bilingues au moyen de la littératie.» (p. 45)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’étude est basée sur la participation de «22 répondants, dont sept personnes sourdes, leurs mères, pères et enseignants.» (p. 45)

Instruments :
Guide d’entretien directif
Questionnaire

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«L’analyse qualitative a permis de décrire des obstacles et des facilitateurs au développement de la littératie et de la participation sociale de la personne sourde dans les domaines de l’éducation et du travail. La perspective de collaboration école-famille communauté renvoie à l’influence du macroenvironnement sociétal, du mésoenvironnement communautaire et du microenvironnement personnel sur le développement de la participation sociale, de même que les caractéristiques propres à la littératie chez la personne sourde. Les résultats permettent de mettre en évidence la relation de la personne sourde avec plusieurs acteurs clés, qui conduisent soit à un profil de résignation et d’oppression, soit à un profil de résilience ou de libération.» (p. 64-65) «Dans le microenvironnement personnel, les styles parentaux de types défenseur, protecteur ou distant et les pratiques parentales, entre autres, peuvent exercer une influence sur le développement de la littératie et de la participation sociale de la personne sourde. Plusieurs auteurs constatent le besoin de stimulation du langage de l’enfant sourd à la maison dès l’âge préscolaire, notamment en lecture et en écriture. Les parents peuvent apporter du soutien dans l’aide aux devoirs et leçons» (p. 65-66)