Mères, militarisation et guerre : Le Canada et le Québec en Afghanistan

Mères, militarisation et guerre : Le Canada et le Québec en Afghanistan

Mères, militarisation et guerre : Le Canada et le Québec en Afghanistan

Mères, militarisation et guerre : Le Canada et le Québec en Afghanistans

| Ajouter

Référence bibliographique [11758]

Cornut, Jérémie et Turenne-Sjolander, Claire. 2013. «Mères, militarisation et guerre : Le Canada et le Québec en Afghanistan ». Études internationales, vol. 44, no 3, p. 409-426.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«L’objectif de cet article est de voir dans quelle mesure la figure des mères de soldats est militarisée au Canada et au Québec.» (p. 409)

Questions/Hypothèses :
«Bien qu’une partie de la société québécoise défende des principes et des valeurs historiquement associés à l’antimilitarisme, nous suggérons qu’elle n’en demeure pas moins une société profondément militarisée et qu’elle ne se distingue pas particulièrement, de ce point de vue, du reste du Canada.» (p. 411)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


Les auteurs affirment que «[d]ans cette bataille pour ‘les cœurs et les esprits’, la maternité n’est […] pas neutre, mais représente au contraire un terrain de contestation entre ceux (souvent les États) qui tentent de militariser la figure de la mère au service des objectifs nationaux de guerre et les voix pacifistes qui résistent à cette militarisation en dénonçant l’instrumentalisation des mères et de la maternité qui en résulte.» (p. 413) «L’article repose, d’une part, sur une analyse de la place des mères endeuillées lors des cérémonies du jour du Souvenir. On s’y penche, d’autre part, sur la controverse qu’a provoquée la publication, par la Fédération des femmes du Québec, d’une capsule vidéo antimilitariste. La conclusion de cette étude est que les mères de soldats canadiennes sont militarisées. Tel est le cas au Québec également, en dépit de la tradition antimilitariste et pacifiste qui, pour certains, caractérise la société québécoise.» (p. 409)