Étude longitudinale du rôle de l’attachement à l’enfance dans le développement de symptômes intériorisés et de déficits de conscience émotionnelle à l’âge adulte

Étude longitudinale du rôle de l’attachement à l’enfance dans le développement de symptômes intériorisés et de déficits de conscience émotionnelle à l’âge adulte

Étude longitudinale du rôle de l’attachement à l’enfance dans le développement de symptômes intériorisés et de déficits de conscience émotionnelle à l’âge adulte

Étude longitudinale du rôle de l’attachement à l’enfance dans le développement de symptômes intériorisés et de déficits de conscience émotionnelle à l’âge adultes

| Ajouter

Référence bibliographique [11737]

Vandal, Catherine. 2012. «Étude longitudinale du rôle de l’attachement à l’enfance dans le développement de symptômes intériorisés et de déficits de conscience émotionnelle à l’âge adulte». Thèse de doctorat, Montréal, Université du Québec à Montréal, Département de psychologie.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Le présent projet de thèse doctorale a pour but d’examiner le rôle de l’attachement à l’enfance dans le développement de symptômes intériorisés et de déficits de conscience émotionnelle à l’ âge adulte.» (p. viii)

Questions/Hypothèses :
«Quatre objectifs de recherche sont poursuivis dans cette étude. Les deux premiers consistent à examiner les liens entre l’attachement à l’enfance, les représentations d’attachement adulte, les symptômes intériorisés et la conscience émotionnelle à l’âge adulte. Nous avions comme hypothèse que les adultes ayant un attachement sécurisant à l’enfance ou un état d’esprit autonome à l’âge adulte rapporteraient moins de symptômes intériorisés et de déficits de conscience émotionnelle que ceux ayant développé un attachement insécurisant ou un état d’esprit non autonome. Les troisième et quatrième objectifs consistent à vérifier le rôle médiateur de la conscience émotionnelle dans le lien entre l’attachement à l’enfance ou à l’âge adulte et la symptomatologie intériorisée adulte. Nous avions comme hypothèse qu’une faible conscience émotionnelle expliquerait le lien entre l’insécurité d’attachement à l’enfance ou à l’âge adulte et un niveau élevé de difficultés intériorisées chez les adultes.» (p. viii)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«L’échantillon est constitué de 61 participants âgés entre 19 et 22 ans qui ont été recrutés dans des garderies de milieux socioéconomiques divers de la région de Montréal lorsqu’ils étaient âgés entre 2 et 5 ans.» (p. viii)

Instruments :
Questionnaires

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Tout d’abord, nos résultats ont montré un lien entre le rappel d’expériences de faible soutien affectif à l’enfance et la présence de difficultés intériorisées et d’identification des émotions à l’âge adulte. Ainsi, plus les individus rapportaient des expériences de soutien affectif, c’est-à-dire qu’ils se rappelaient avoir eu des parents aimants, affectueux, dévoués et disponibles en cas de besoin, moins ils manifestaient de difficultés émotionnelles et intériorisées dans leur vie adulte. […] Nos résultats ont également montré que l’idéalisation et l’absence de souvenir permettaient d’expliquer les scores de symptômes intériorisés, d’anxiété/dépression et de somatisation à l’âge adulte. Plus précisément, la tendance à idéaliser la mère et l’absence de souvenirs relatifs aux expériences relationnelles passées étaient liées à de faibles taux de symptômes intériorisés dans notre échantillon.» (p. 63)