Les caractéristiques des jeunes et des parents associées à l’établissement de l’alliance thérapeutique au sein d’un programme d’intervention brève et intensive de crise

Les caractéristiques des jeunes et des parents associées à l’établissement de l’alliance thérapeutique au sein d’un programme d’intervention brève et intensive de crise

Les caractéristiques des jeunes et des parents associées à l’établissement de l’alliance thérapeutique au sein d’un programme d’intervention brève et intensive de crise

Les caractéristiques des jeunes et des parents associées à l’établissement de l’alliance thérapeutique au sein d’un programme d’intervention brève et intensive de crises

| Ajouter

Référence bibliographique [11723]

St-Laurent, Chrystelle. 2012. «Les caractéristiques des jeunes et des parents associées à l’établissement de l’alliance thérapeutique au sein d’un programme d’intervention brève et intensive de crise». Mémoire de maîtrise, Sherbrooke (Québec), Université de Sherbrooke, Département de psychoéducation.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«L’alliance thérapeutique est considérée comme un facteur favorisant la réussite des interventions offertes aux jeunes et aux familles en difficultés ou en situation de crise. Toutefois, il existe, à ce jour, peu de connaissances sur les caractéristiques des jeunes et des familles associées à l’alliance thérapeutique. Ce mémoire tente de pallier cette lacune en identifiant les caractéristiques des jeunes et des familles associées à l’alliance thérapeutique.» (p. 3)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«L’échantillon à l’étude est composé de 123 familles ayant bénéficié du programme d’intervention CAFE [Crise-Ado-famille-Enfance] en 2010-2011 dans un des sept Centres de la santé et des services sociaux (CSSS) de la Montérégie.» (p. 3)

Instruments :
Questionnaires

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Les résultats indiquent que le fait que le jeune et l’intervenant soient tous deux de sexe féminin prédit positivement l’alliance thérapeutique du jeune alors qu’un ratio de flexibilité familial positif ainsi que le manque de supervision parentale prédisent négativement l’alliance thérapeutique évaluée par le jeune. Du côté des variables prédisant positivement l’alliance thérapeutique perçue par le parent, le ratio de cohésion familiale perçu à la fois par le jeune et le parent, le fait de vivre de nombreux événements de vie stressants au cours de la dernière année et la détresse cognitive chez le parent sont apparus fortement associés. La fréquence des conflits conjugaux perçue par le jeune prédirait négativement l’alliance perçue par le parent. En terminant, certaines variables associées positivement à l’alliance thérapeutique perçue par l’intervenant ont été identifiées, il s’agit de l’engagement parental, perçu à la fois par le jeune et le parent et les événements de vie stressants vécus par le parent alors qu’une relation parent-enfant détériorée évaluée par le jeune serait en lien avec des difficultés dans l’alliance perçue par l’intervenant.» (p. 5)