Le lien entre le stress parental du père et le développement de la relation d’activation chez les enfants âgés entre 12 et 18 mois

Le lien entre le stress parental du père et le développement de la relation d’activation chez les enfants âgés entre 12 et 18 mois

Le lien entre le stress parental du père et le développement de la relation d’activation chez les enfants âgés entre 12 et 18 mois

Le lien entre le stress parental du père et le développement de la relation d’activation chez les enfants âgés entre 12 et 18 moiss

| Ajouter

Référence bibliographique [11672]

Moffette, Valérie. 2014. «Le lien entre le stress parental du père et le développement de la relation d’activation chez les enfants âgés entre 12 et 18 mois». Mémoire de maîtrise, Montréal, Université de Montréal, École de Psychoéducation.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«La présente étude vise à examiner l’existence d’un lien entre le stress parental du père et la relation d’activation chez les enfants âgés entre 12 et 18 mois ainsi que l’attachement père-enfant.» (p. iii)

Questions/Hypothèses :
«Plus spécifiquement, l’étude vise à répondre aux quatre questions suivantes: 1- a) Existe-t-il un lien entre le stress parental du père et la relation d’activation chez les enfants âgés entre 12 et 18 mois? b) Lesquels entre les pères des enfants sous-activés et les pères des enfants suractivés auront des scores de stress parental plus élevés? 2- Est-ce que le sexe de l’enfant modère le lien entre le stress parental du père et la relation d’activation chez les enfants âgés entre 12 et 18 mois? 3- Comme dans la littérature concernant l’attachement mère-enfant, existe-t-il un lien entre le stress parental des pères et l’attachement père-enfant chez les enfants âgés entre 12 et 18 mois?» (p. 14-15)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Des données ont été recueillies auprès de 58 pères et leur enfant âgé entre 12 et 18 mois.» (p. iii)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Tout d’abord, nous n’avons trouvé aucun lien significatif entre notre mesure du stress parental du père et la relation d’activation. D’une part, le score d’activation n’est pas corrélé significativement au stress parental. D’autre part, aucune différence significative n’est présente quant au niveau de stress parental du père dans les trois catégories d’activation (activé, suractivé et sous-activé). Contrairement à la littérature, aucune relation significative n’a été décelée entre le stress parental et l’attachement père-enfant. […] Enfin, les résultats de ce mémoire nous indiquent que le sexe de l’enfant ne modère pas le lien entre le stress parental et la relation d’activation. Par contre, nous constatons que le sexe de l’enfant est lié significativement et positivement à l’activation. Ce résultat s’avère intéressant puisqu’il permet de souligner l’apport significatif de cette variable même si le sexe ne modère pas la relation entre le stress parental du père et l’activation. Les résultats de la présente étude vont dans le sens de la littérature sur le sujet.» (p. 24-28)