L’école québécoise à l’aune du pluralisme normatif : une analyse philosophique du cours ''Éthique et culture religieuse''

L’école québécoise à l’aune du pluralisme normatif : une analyse philosophique du cours ''Éthique et culture religieuse''

L’école québécoise à l’aune du pluralisme normatif : une analyse philosophique du cours ''Éthique et culture religieuse''

L’école québécoise à l’aune du pluralisme normatif : une analyse philosophique du cours ''Éthique et culture religieuse''s

| Ajouter

Référence bibliographique [11663]

Malenfant-Veilleux, Alexandra. 2011. «L’école québécoise à l’aune du pluralisme normatif : une analyse philosophique du cours ''Éthique et culture religieuse''». Mémoire de maîtrise, Trois-Rivières (Québec), Université du Québec à Trois-Rivières, Département de philosophie.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
L’auteure aborde les différentes facettes du «débat suscité par le cours ÉCR [Éthique et culture religieuse].» (p. 7)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


«Notre premier chapitre portera sur l’historique des débats entourant la déconfessionnalisation au Québec. […] Le second chapitre propose un résumé de l’argumentaire de Georges Leroux, philosophe et ardent défenseur du programme. […] Le troisième chapitre présente les arguments avancés par les groupes qui militent en faveur d’un remaniement ou de l’abolition pure et simple du cours ÉCR. […] Le quatrième chapitre portera sur un conflit plus fondamental, celui qui oppose pluralistes et nationalistes non seulement autour du cours ÉCR, mais aussi sur la question des accommodements raisonnables comme sur le cours ‘Histoire et éducation à la citoyenneté’.» (p. 9-11) Dans les débats, l’argument du droit des parents est très présent. «Selon cet argument, c’est aux parents que reviendrait la responsabilité de décider du genre d’éducation que recevront leurs enfants, et l’État abuserait de ses pouvoirs en imposant un modèle scolaire uniforme. Du respect du droit des parents découlerait l’exigence de la loi de l’offre et de la demande, et le type d’école mis sur pied dépendrait alors de ce que les parents favorisent en matière d’éducation.» (p. 113) L’auteure traite aussi de la tension entre la transmission des valeurs par les parents et par la société.