Comparaison de la victimisation des jeunes telle qu’observée dans la traduction du Juvenile Victimisation Questionnaire et l’Enquête Sociale Générale

Comparaison de la victimisation des jeunes telle qu’observée dans la traduction du Juvenile Victimisation Questionnaire et l’Enquête Sociale Générale

Comparaison de la victimisation des jeunes telle qu’observée dans la traduction du Juvenile Victimisation Questionnaire et l’Enquête Sociale Générale

Comparaison de la victimisation des jeunes telle qu’observée dans la traduction du Juvenile Victimisation Questionnaire et l’Enquête Sociale Générales

| Ajouter

Référence bibliographique [11651]

Lebeau, Amélie. 2013. «Comparaison de la victimisation des jeunes telle qu’observée dans la traduction du Juvenile Victimisation Questionnaire et l’Enquête Sociale Générale». Mémoire de maîtrise, Montréal, Université de Montréal, École de criminologie.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«L’objectif de la recherche est de comparer une traduction d’un questionnaire américain, le Juvenile Victimization Questionnaire (JVQ) avec un questionnaire de victimisation préexistant au Canada, l’Enquête Sociale Générale (ESG).» (p. iv)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«À l’aide d’une base de données formée par le JVQ en 2009, une comparaison a été conduite entre les victimisations de 783 jeunes âgés entre 15 et 17 ans afin de les comparer avec les victimisations de 631 jeunes âgés entre 15 et 17 ans de la base de données de l’ESG de 2009.» (p. iv)

Instruments :
Questionnaire (Juvenile Victimization)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Sur la majorité des points de comparaison établis entre les deux questionnaires, il existe des différences significatives entre les résultats obtenus par le JVQ et l’ESG. Pour les comparaisons des taux de victimisation des 12 derniers mois, 3 des 8 taux de victimisation comparés étaient similaires. Pour les comparaisons des taux de victimisation à vie, les 7 taux comparés étaient significativement différents. Cependant, il existe des explications méthodologiques et échantillonnales afin de rendre compte de ces différences. Les résultats indiquent qu’avec les différences inhérentes aux deux questionnaires, les échantillons des 15 à 17 ans présentent des taux relativement différents. Il est possible de valider l’utilisation du JVQ sur la population afin de recueillir des informations fiables sur la victimisation. Toutefois, en comparant les différentes questions individuellement, il est possible d’apporter des améliorations aux deux questionnaires utilisés.» (p. iv) Ces deux questionnaires traitent de la violence familiale et des agressions sexuelles intrafamiliales.