Analyse comparative du point de vue des mères, des pères et des enseignants dans l’évaluation des problèmes de comportement d’enfants d’âge scolaire ayant une déficience intellectuelle

Analyse comparative du point de vue des mères, des pères et des enseignants dans l’évaluation des problèmes de comportement d’enfants d’âge scolaire ayant une déficience intellectuelle

Analyse comparative du point de vue des mères, des pères et des enseignants dans l’évaluation des problèmes de comportement d’enfants d’âge scolaire ayant une déficience intellectuelle

Analyse comparative du point de vue des mères, des pères et des enseignants dans l’évaluation des problèmes de comportement d’enfants d’âge scolaire ayant une déficience intellectuelles

| Ajouter

Référence bibliographique [11631]

Harvey, Marie-Josée. 2012. «Analyse comparative du point de vue des mères, des pères et des enseignants dans l’évaluation des problèmes de comportement d’enfants d’âge scolaire ayant une déficience intellectuelle». Thèse de doctorat, Chicoutimi/Trois-Rivières (Québec), Université du Québec à Chicoutimi et Université du Québec à Trois-Rivières, Département de psychologie.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Les buts de cette étude sont […] d’établir le niveau d’accord entre les observateurs (mères, pères, enseignants) quant à l’évaluation des problèmes de comportement d’enfants d’âge scolaire ayant une déficience intellectuelle et de comparer le nombre de problèmes de comportement rapporté par les évaluateurs.» (p. 4)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Aux fins du présent projet, l’échantillon comprend 121 mères, 96 pères et 111 enseignants (97 femmes et 17 hommes) de 54 filles et 73 garçons (5-21 ans) ayant une déficience intellectuelle et qui reçoivent des services d’un CRDI [Centre en réadaptation en déficience intellectuelle].» (p. 22)

Instruments :
Questionnaire

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Les résultats montrent un bon niveau d’accord entre les parents ainsi qu’entre les mères et les enseignants, mais il est plus faible entre les pères et les enseignants. Les résultats indiquent également que les mères rapportent plus de problèmes de comportement que les pères (perturbateurs/antisociaux et total) et que les enseignants (perturbateurs/antisociaux, comportements centrés sur soi, trouble de la communication, anxiété, total). De plus, les pères rapportent davantage de troubles de la communication et de comportement centrés sur soi que les enseignants. Ces résultats pourraient s’expliquer par le fait que les comportements des enfants peuvent être différents en fonction du milieu où ils évoluent ou par des divergences à l’égard des attentes des évaluateurs, entre autres, parce que leurs rôles et leurs attentes envers les enfants sont différents.» (p. iii) «Cette recherche fait ressortir l’importance de considérer le point de vue de plusieurs informateurs dans l’évaluation des problèmes de comportement des enfants afin de clarifier la contribution du jugement des mères, des pères ainsi que des enseignants dans l’évaluation des enfants ayant une déficience intellectuelle. Le contrôle de certaines variables comme la santé mentale des parents et des enseignants pourrait permettre d’améliorer les connaissances en regard de cette problématique.» (p. iii)