Raising fathers, raising boys: informal education and enculturation in Britain, 1880-1914

Raising fathers, raising boys: informal education and enculturation in Britain, 1880-1914

Raising fathers, raising boys: informal education and enculturation in Britain, 1880-1914

Raising fathers, raising boys: informal education and enculturation in Britain, 1880-1914s

| Ajouter

Référence bibliographique [1163]

Olsen, Stephanie. 2009. «Raising fathers, raising boys: informal education and enculturation in Britain, 1880-1914». Thèse de doctorat, Montréal, Université McGill, Département d’histoire.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Through a focused study of the juvenile publishing industry, this thesis will explore more broadly ideas regarding boyhood in fin-de-siècle Britain, in relation to fatherhood and parenthood in general, and in the context of both the history of the family, and of the boy’s important role in the context of the nation. It is a study of the methods and strategies involved in boys’ informal education, and in their enculturation as future citizens. » (p. 2)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


« Raising Fathers, Raising Boys: Informal Education and Enculturation in Britain, 1880-1914 est une étude des préoccupations populaires vis-à-vis la masculinité [manliness], de l’enfance et l’adolescence masculines et de la paternité, situés dans un contexte contemporain caractérisé par une inquiétude régnante face à l’efficacité nationale, le vice public et la moralité privée. Cette thèse démontre l’existence d’un consensus de plus en plus marqué parmi les éditeurs de la littérature populaire pour les enfants, (particulièrement pour garçons) sur le fait que l’éducation formelle que recevaient leurs jeunes lecteurs (que ce soit dans des écoles élite, ou, après la loi de 1870, dans les nouvelles institutions d’éducation de masse) leur faisait défaut, et, de plus, que les parents de la nation étaient inaptes à leur transmettre certains impératifs moraux, et ce, peu importe leurs origines géographiques ou sociales. En insistant sur la continuité de l’influence religieuse dans la vie quotidienne des enfants de l’époque (contestant donc la thèse de sécularisation défendue par plusieurs historiens), cette thèse met en évidence la mise en accord de groupes hétéroclites sur l’importance d’une dissémination des valeurs chrétiennes au sein d’une éducation visant à créer des hommes à la fois domestiques et véritablement mâles, et de bons pères. L’accent mis ici sur la vie familiale est crucial, car il permet d’élargir les courants historiographiques focalisant sur les implications impérialistes de l’éducation des élites et la tendance des classes
moyennes à « fuire la sphère domestique » qu’on a appelé « flight from domesticity ». En montrant que les valeurs de masculinité ne s’appliquaient pas seulement au patriarcat ou à l’empire, ce travail permet de mieux comprendre ce que signifiait la paternité à l’époque, insistant sur l’importance et la mise en valeur soutenues des hommes en tant que pères, et sur le concept du garçon « comme père de l’homme ». Les principales sources archivistiques utilisées proviennent de groupes religieux, tels que la Religious Tract Society, la Church of England Temperance Society et la Band of Hope, dont un des buts était d’éduquer les garçons selon les valeurs de la masculinité et de la sobriété. Une telle idéologie était aussi partagée par certaines maisons d’édition à but lucratif, dont l’Amalgamated Press. Ces groupes avaient comme objectif commun la formation du caractère des garçons, dont la stratégie principale était une éducation informelle par le biais de publications périodiques populaires, dont les pages sont le terrain principal d’une exploration analytique de grande envergure présentée dans cette thèse. » (pp. iii-iv)