Perceptions des frères et des sœurs adultes d’une personne présentant une déficience intellectuelle sur leurs relations mutuelles dans la famille, leurs projets de vie et le soutien souhaité

Perceptions des frères et des sœurs adultes d’une personne présentant une déficience intellectuelle sur leurs relations mutuelles dans la famille, leurs projets de vie et le soutien souhaité

Perceptions des frères et des sœurs adultes d’une personne présentant une déficience intellectuelle sur leurs relations mutuelles dans la famille, leurs projets de vie et le soutien souhaité

Perceptions des frères et des sœurs adultes d’une personne présentant une déficience intellectuelle sur leurs relations mutuelles dans la famille, leurs projets de vie et le soutien souhaités

| Ajouter

Référence bibliographique [11556]

Villeneuve, Mariane, Goupil, Georgette et Gascon, Hubert. 2012. «Perceptions des frères et des sœurs adultes d’une personne présentant une déficience intellectuelle sur leurs relations mutuelles dans la famille, leurs projets de vie et le soutien souhaité ». Revue francophone de la déficience intellectuelle, vol. 23, p. 104-120.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Peu d’études examinent les relations dans la fratrie adulte lorsqu’un membre de la famille présente une déficience intellectuelle (DI). Cette étude a pour objectif d’explorer les perceptions des frères et des soeurs adultes d’une personne présentant une DI sur l’influence de cette personne à l’égard de leurs projets de vie. Elle vise aussi à décrire les perceptions des fratries sur les comportements et les habiletés de la personne présentant une DI, leurs perceptions des relations fraternelles dans la famille et le soutien désiré dans ce contexte.» (p. 104)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Sept frères et six soeurs d’une personne présentant une DI collaborent à cette étude. Ces frères et ces soeurs ont les mêmes parents naturels que les personnes ayant une déficience intellectuelle. Âgés de 20,18 à 34,44 ans (M = 26,34, ÉT = 3,70), ils ont un écart d’un maximum de 7 ans avec la personne présentant une DI. Ils proviennent de différentes régions du Québec». (p. 106)

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«L’analyse révèle que les participants s’impliquent dans la vie familiale, en regard de la déficience, en soutenant leurs parents et la personne présentant une DI. Enfin, plusieurs mentionnent que la déficience de leur frère ou de leur soeur influence leurs projets de vie, surtout aux plans de l’orientation professionnelle, du lieu de résidence futur et de l’éducation de leurs enfants.» (p. 104) «L’implication des participants envers leur fratrie est incontestable. Toutefois, l’aide offerte est davantage d’ordre fonctionnel (aide matérielle et concrète) qu’affectif (aide émotionnelle), bien que 7 d’entre eux soulignent l’amour fraternel comme raison de se rencontrer.» (p. 114)