Questionnement sur l’inclusion et la participation sociale des enfants ayant une déficience intellectuelle ou un trouble envahissant du développement

Questionnement sur l’inclusion et la participation sociale des enfants ayant une déficience intellectuelle ou un trouble envahissant du développement

Questionnement sur l’inclusion et la participation sociale des enfants ayant une déficience intellectuelle ou un trouble envahissant du développement

Questionnement sur l’inclusion et la participation sociale des enfants ayant une déficience intellectuelle ou un trouble envahissant du développements

| Ajouter

Référence bibliographique [11517]

Sallafranque St-Louis, François, Normand, Claude, Ruel, Julie, Moreau, André et Boyer, Thierry. 2012. «Questionnement sur l’inclusion et la participation sociale des enfants ayant une déficience intellectuelle ou un trouble envahissant du développement ». Revue francophone de la déficience intellectuelle, vol. 23, p. 64-71.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Peu d’outils offrent une mesure des barrières et accommodements à la participation sociale et à l’inclusion des enfants ayant une déficience intellectuelle (DI) ou un trouble envahissant du développement (TED). Cet article présente les données préliminaires obtenues à l’aide d’un nouvel outil auprès de 50 parents ayant participé à notre étude.» (p. 64)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Deux cent trente-quatre parents dont les enfants de 0-14 ans reçoivent des services du CRDITED [centre de réadaptation en DI et en TED] Pavillon du Parc ont été sollicités par envoi postal et par relance téléphonique à participer au projet de recherche. De ce nombre, 50 parents (43 mères, sept pères) ont accepté de participer au projet. Près de la moitié des répondants de l’échantillon (24/50) avaient un enfant avec un diagnostic de DI et l’autre moitié (26/50), un diagnostic de TED. Les enfants concernés étaient 35 garçons et 15 filles.» (p. 66)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Les données recueillies illustrent, de façon générale, peu de différences dans la participation sociale des enfants avec une DI ou un TED, qu’ils aient une incapacité motrice ou non. […] Ce que l’on peut relever pour l’ensemble de notre échantillon, c’est que les enfants avec une DI ou un TED sont beaucoup moins susceptibles de participer à des activités de loisirs organisés qu’à des activités libres, accessibles à tous, avec leur famille. La variable qui semble la plus déterminante à ce que des enfants avec une DI ou un TED prennent part à des activités de loisirs dans la communauté est l’attitude des parents, qui jugent qu’il est important que leur enfant participe à ces activités. Ces parents perçoivent par ailleurs que les gens qu’ils rencontrent dans ces contextes sont ouverts à la différence et les environnements adaptés aux capacités de leur enfant. Le transport est accessible à ces familles et il n’a jamais été cité comme présentant un obstacle pour les quelques familles dont les enfants ne participent pas à de telles activités. […] Somme toute, on constate que les familles qui ont participé à l’étude permettent à leur enfant de mener une vie la plus ’normale’ possible.» (p. 67-68)