Recomposition familiale, parentalité et beau-parentalité : constats, limites et prospectives

Recomposition familiale, parentalité et beau-parentalité : constats, limites et prospectives

Recomposition familiale, parentalité et beau-parentalité : constats, limites et prospectives

Recomposition familiale, parentalité et beau-parentalité : constats, limites et prospectivess

| Ajouter

Référence bibliographique [11514]

Saint-Jacques, Marie-Christine, Drapeau, Sylvie, Parent, Claudine et Godbout, Élisabeth. 2012. «Recomposition familiale, parentalité et beau-parentalité : constats, limites et prospectives ». Nouvelles Pratiques Sociales, vol. 25, no 1, p. 107-135.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cet article présente une synthèse des connaissances produites depuis l’an 2000 sur la thématique des impacts de la recomposition familiale sur l’exercice de la parentalité.» (p. 108)

Questions/Hypothèses :
«Les travaux sont analysés de manière à répondre aux questions suivantes: qu’est-ce qui particularise la situation des familles recomposées et à quels défis sont-elles confrontées? Quelles sont les conséquences associées au fait de vivre en famille recomposée sur le plan des relations et de l’exercice des rôles de parent et de beau-parent? Quelles méthodologies sont utilisées dans ces études et quelles en sont les limites?» (p. 109)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


«L’analyse de près de 80 articles a fait ressortir que les familles recomposées ont à relever des défis qui s’apparentent souvent à ceux des familles biparentales intactes. Toutefois, leurs caractéristiques structurelles et la séquence des événements familiaux teintent leur parcours et créent des défis considérables à relever. De plus, on constate que la recomposition familiale n’est pas une réalité homogène. Il existe beaucoup de diversité sur le plan du fonctionnement de ces familles, sur la manière dont les adultes, particulièrement les beaux-parents et les parents non résidents, exercent leur rôle et sur la nature des relations qui unissent les membres de la famille entre eux et avec le réseau familial élargi. On constate aussi que les processus familiaux, bien plus que le fait de vivre dans une structure familiale particulière, sont des facteurs déterminants en ce qui concerne l’adaptation des membres de la famille recomposée. Sur le plan de la recherche, des avancées sont notées, mais plusieurs lacunes sont relevées. Elles portent, d’une part, sur les limites méthodologiques des recherches menées dans les dix dernières années et, d’autre part, sur les limites de nos connaissances, certaines thématiques étant sous-étudiées.» (p. 129)