Vivre avec un enfant présentant un trouble du spectre de l’autisme : l’impact sur les familles

Vivre avec un enfant présentant un trouble du spectre de l’autisme : l’impact sur les familles

Vivre avec un enfant présentant un trouble du spectre de l’autisme : l’impact sur les familles

Vivre avec un enfant présentant un trouble du spectre de l’autisme : l’impact sur les familless

| Ajouter

Référence bibliographique [11462]

Moxness, Katherine. 2013. «Vivre avec un enfant présentant un trouble du spectre de l’autisme : l’impact sur les familles ». Psychologie Québec, vol. 30, no 2, p. 35-38.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Cet article porte sur le vécu des familles dont un enfant a un trouble du spectre autistique, notamment le stress parental vécu, les besoins de ces familles et les services qui leur sont offerts.

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


«En terminant, il est clair que les services actuels ne sont pas organisés pour assurer un plan de service familial, puisqu’ils visent typiquement les besoins individuels de l’enfant. Le système ne prend pas en compte le fait que l’enfant vit entouré de sa famille et que sa famille devient partie prenante de son bien-être. Le ministère reconnaît les parents comme aidants naturels et souligne qu’ils jouent un rôle majeur auprès de leurs enfants. Les intervenants qui travaillent avec les enfants établissent des objectifs et des attentes envers les parents alors que ces derniers sont déjà dépassés par la situation. […] Il faut absolument modifier notre paradigme de modèle et d’organisation de services pour être en mesure de répondre aux besoins identifiés et observés dans toutes ces études et dans nos pratiques. Nous devons viser un plan d’intervention et de services centré sur la famille qui inclut avec intensité les besoins psychologiques des parents. En changeant notre perspective, nous serons alors mieux en mesure de changer et d’adapter les services en place pour répondre à ces besoins. Nous devons alors développer une synergie et une intensité de services autour de ces familles.» (p. 38)