Composition de la famille et risques d’éclatement des familles recomposées : effet réel ou artefact lié au mode de collecte des données?

Composition de la famille et risques d’éclatement des familles recomposées : effet réel ou artefact lié au mode de collecte des données?

Composition de la famille et risques d’éclatement des familles recomposées : effet réel ou artefact lié au mode de collecte des données?

Composition de la famille et risques d’éclatement des familles recomposées : effet réel ou artefact lié au mode de collecte des données?s

| Ajouter

Référence bibliographique [11438]

Le Bourdais, Céline, Lapierre-Adamcyk, Évelyne et Heintz-Martin, Valerie. 2013. «Composition de la famille et risques d’éclatement des familles recomposées : effet réel ou artefact lié au mode de collecte des données? ». Cahiers québécois de démographie, vol. 42, no 1, p. 5-30.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Ce texte s’intéresse à l’influence que la composition des familles recomposées exerce sur les risques de rupture des couples à partir des informations fournies par les hommes et les femmes interrogés en 2001 dans le cadre de l’Enquête sociale générale (ESG) réalisée par Statistique Canada.» (p. 5)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«L’ESG (cycle 15) sur la famille, réalisée entre février et décembre 2001, a rejoint un large échantillon de 24 310 répondants, hommes et femmes, représentatif de la population canadienne âgée de 15 ans et plus, à l’exclusion des personnes vivant en institution et des résidents du Yukon, des Territoires du Nord-Ouest et du Nunavut (Statistique Canada, 2003). L’ESG a recueilli des informations sur la composition des ménages et des familles et sur un large éventail de caractéristiques sociodémographiques des répondants au moment de l’enquête, ainsi que sur leur histoire conjugale et parentale.» (p. 9)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Les résultats montrent d’abord une contradiction entre les risques de rupture des familles recomposées avec une belle-mère et avec un beau-père suivant que les réponses des hommes ou des femmes sont utilisées. Après une étude approfondie des données disponibles pour construire les épisodes de vie en famille recomposée, on trouve d’abord que la contradiction ne tient pas uniquement au sexe des répondants, mais également au rôle qu’ils jouent dans la famille recomposée, les risques de rupture étant nettement plus élevés lorsque les épisodes sont rapportés par les parents biologiques. Les auteures montrent que les résultats apparemment contradictoires sont en partie liés à la formulation de certaines questions dans l’ESG et aux difficultés inhérentes aux enquêtes rétrospectives.» (p. 5)