Mieux comprendre le style parental optimal : la contribution de la théorie de l’autodétermination

Mieux comprendre le style parental optimal : la contribution de la théorie de l’autodétermination

Mieux comprendre le style parental optimal : la contribution de la théorie de l’autodétermination

Mieux comprendre le style parental optimal : la contribution de la théorie de l’autodéterminations

| Ajouter

Référence bibliographique [11410]

Joussemet, Mireille, Mageau, Geneviève et Pelletier, Julie Emond. 2013. «Mieux comprendre le style parental optimal : la contribution de la théorie de l’autodétermination ». Psychologie Québec, vol. 30, no 6, p. 35-39.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Un projet d’implantation et d’évaluation de programme a été entamé, afin de vérifier si le soutien de l’autodétermination peut être enseigné, en plus des deux autres dimensions parentales. Le but de ce projet était également de vérifier si l’enseignement des trois dimensions parentales peut favoriser une meilleure santé mentale chez les enfants de la population générale.» (p. 37)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«À ce jour, plus de 100 parents ont déjà participé à l’atelier (un soir par semaine, pendant sept semaines), dans une dizaine d’écoles de la région de Montréal. Un total de 82 parents (de familles différentes) ont rempli les questionnaires, avant et après avoir participé à l’atelier. Parmi les enfants assez âgés pour le faire, 44 d’entre eux ont rempli des questionnaires aux mêmes moments que leur parent, mais à l’école.» (p. 38)

Instruments :
Questionnaires

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Les résultats de cette étude préliminaire sont encourageants. En effet, en comparant les données recueillies après l’atelier à celles qui avaient été recueillies avant, on constate que les trois dimensions importantes du style parental sont plus élevées. Les parents rapportent plus de chaleur, d’encadrement et de SA [soutien de l’autodétermination] après avoir participé à l’atelier. De plus, les données recueillies auprès des enfants corroborent le fait que les parents font moins l’usage de contrôle psychologique après avoir suivi l’atelier. Sur le plan de la santé mentale des enfants, les résultats démontrent une diminution des problèmes extériorisés et intériorisés à la suite de l’atelier. Les parents rapportent aussi moins de désobéissance de la part de leurs enfants. Enfin, le niveau de bien-être rapporté par les enfants (mesuré par les émotions positives, la satisfaction de vie et l’estime de soi) s’est aussi amélioré avec le temps. Ces résultats suggèrent qu’il est possible d’enseigner des habiletés parentales qui améliorent le niveau de chaleur, d’encadrement et de SA des parents participant. Il est aussi encourageant de constater qu’un atelier offert à la population générale puisse amener une amélioration du bien-être des enfants en plus d’une diminution de leurs problèmes d’ajustement.» (p. 38)