Les politiques de conciliation famille-travail et l’égalité. Réflexions sur le concept d’autonomie

Les politiques de conciliation famille-travail et l’égalité. Réflexions sur le concept d’autonomie

Les politiques de conciliation famille-travail et l’égalité. Réflexions sur le concept d’autonomie

Les politiques de conciliation famille-travail et l’égalité. Réflexions sur le concept d’autonomies

| Ajouter

Référence bibliographique [11405]

Henchoz, Caroline. 2011. «Les politiques de conciliation famille-travail et l’égalité. Réflexions sur le concept d’autonomie ». Recherches sociologiques et anthropologiques, vol. 42, no 2.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cet article propose une réflexion sur une dimension qui est apparue au cours de nos recherches: la question de l’autonomie financière. Il propose également une nouvelle conception de l’autonomie qui, à notre sens, serait plus proche de la réalité vécue par les hommes et les femmes que nous avons rencontrés.» (p. 176)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Cet article se fonde sur plusieurs recherches qui ont permis de récolter plus d’une centaine d’entretiens individuels et collectifs auprès d’une septantaine de couples de Suisse romande de trois générations et auprès de quinze couples québécois de la région de Montréal âgés de 25 à 45 ans. Afin de faciliter la comparaison, les couples québécois partagent le même profil que les couples suisses de la jeune génération.» (p. 175)

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


«Au Québec […] la politique familiale interventionniste favorise l’insertion professionnelle des parents, notamment grâce à des services de garde à bas prix et des structures extrascolaires. Le long congé parental octroyé explique aussi pourquoi les hommes et les femmes n’ont pas besoin de se retirer du marché du travail ou de diminuer leur implication professionnelle pour concilier famille et emploi.» (p. 175)
L’auteure identifie trois limites du postulat selon lequel «un accès égalitaire au temps rémunéré conduit à ce que les hommes et les femmes aient un accès identique à l’autonomie, à l’indépendance et au pouvoir d’agir.» (p. 182) «Premièrement, […] les responsabilités économiques des hommes et des femmes ne sont pas partagées de manière identique. Le salaire des femmes est avant tout un salaire familial qui bénéficie surtout aux autres membres de la famille.» (p. 182) «Deuxièmement, même si l’on fait l’hypothèse de relations familiales solidaires, la mise en pratique de cette solidarité conduit souvent à reproduire dans la famille des inégalités que l’on retrouve sur le marché du travail.» (p. 182) «Troisièmement, […] la réalisation de soi ne passe pas uniquement par l’accès à des biens matériels et aux avantages que procure un revenu.» (p. 182)