Politiques sociales, personnes âgées et proches aidant-e-s au Québec : sexisme et exclusion

Politiques sociales, personnes âgées et proches aidant-e-s au Québec : sexisme et exclusion

Politiques sociales, personnes âgées et proches aidant-e-s au Québec : sexisme et exclusion

Politiques sociales, personnes âgées et proches aidant-e-s au Québec : sexisme et exclusions

| Ajouter

Référence bibliographique [11401]

Guberman, Nancy et Lavoie, Jean-Pierre. 2011. «Politiques sociales, personnes âgées et proches aidant-e-s au Québec : sexisme et exclusion ». Les cahiers de la femme / Canadian Woman Studies, vol. 29, no 3, p. 61-70.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cet article porte sur une analyse des politiques québécoises de services de longues durée et leurs conséquences sur les femmes en tant que personnes âgés ou proches aidantes.» (p. 61)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires divers

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


«Un bref historique relatant l’évolution des politiques de la vieillisse permet de situer les orientations actuelles dans un mouvement de délégation croissante des soins vers les acteurs de la société civile, notamment les familles, mais aussi les secteurs privé et communautaire, et de désengagement de l’État. Parmi les répercussions de ces orientations néolibérales sur les femmes âgées on compte l’exclusion d’un grand nombre d’entre elles des services publics et l’obligation de recourir aux services payants, la réduction de leur identité à leur âge et leurs incapacités ainsi que la bureaucratisation et la technicisation de l’intervention offerte par les services publics. Les conséquences pour les proches aidantes de ce mouvement de transfert de la responsabilité des soins vers la famille sont déjà bien documentées et incluent des problèmes de santé physique et mentale, des conflits familiaux, un rétrécissement de leur vie personnelle et des difficultés majeures à concilier vie professionnelle et soins.» (p. 61)