Des animations de littérature jeunesse à l’occasion de 5 à 7 des familles, une initiative pour faciliter l’exercice du rôle parental

Des animations de littérature jeunesse à l’occasion de 5 à 7 des familles, une initiative pour faciliter l’exercice du rôle parental

Des animations de littérature jeunesse à l’occasion de 5 à 7 des familles, une initiative pour faciliter l’exercice du rôle parental

Des animations de littérature jeunesse à l’occasion de 5 à 7 des familles, une initiative pour faciliter l’exercice du rôle parentals

| Ajouter

Référence bibliographique [11363]

Duval, Joëlle, Thériault, Pascale et Dumoulin, Catherine. 2012. «Des animations de littérature jeunesse à l’occasion de 5 à 7 des familles, une initiative pour faciliter l’exercice du rôle parental ». Vie Pédagogique, no 160, p. 118-119.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«En septembre 2010, l’équipe PÉFEC [projet Partenariat école, famille et communauté] s’efforçait de trouver un moyen pour mobiliser un plus grand nombre de parents à participer aux ateliers qui leur étaient destinés. L’idée d’offrir des activités d’animation de littérature jeunesse aux enfants pendant les ateliers des parents a alors émergé.» (p. 118)

Questions/Hypothèses :
«Comment faire en sorte que des parents d’élèves du primaire assistent, en grand nombre, à des ateliers préparés à leur intention et offerts sous forme de 5 à 7? Autrement dit, comment l’école peut-elle faciliter l’exercice du rôle parental (Gouvernement du Québec 2004)?» (p. 118)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Six écoles primaires de cette commission scolaire, quatre situées en milieu rural et deux en milieu urbain, participent à ce projet subventionné par le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS)». (p. 118)

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«Tout d’abord, la tenue d’animations de littérature jeunesse pendant les ateliers destinés aux parents a vraisemblablement favorisé leur plus grande participation. En effet, autant en milieu urbain qu’en milieu rural, la présence des parents à ces ateliers a atteint des sommets records. Ainsi, en milieu urbain, les écoles ont connu un taux de participation avoisinant les 30 p. 100, alors qu’en milieu rural, il s’est élevé jusqu’à 60 p. 100. D’ailleurs, la directrice d’une école de milieu rural a expliqué que cette animation a été très appréciée par les adultes, puisqu’elle leur a permis de vivre une activité portant sur l’exercice du rôle parental, et ce, sans se soucier de la présence des enfants. […] Cette forte participation est d’autant plus digne de mention qu’il s’agissait d’ateliers d’intérêt général, portant sur l’exercice du rôle des parents; ces derniers ne pouvaient donc y discuter du cas précis de leur enfant. De cette expérience émerge l’idée qu’offrir simultanément des activités destinées aux enfants et à leurs parents facilite l’exercice du rôle parental par une plus grande collaboration de ces derniers aux activités qui leur sont offertes.» (p. 119)