L’approche québécoise en matière de politiques et de programmes sociaux

L’approche québécoise en matière de politiques et de programmes sociaux

L’approche québécoise en matière de politiques et de programmes sociaux

L’approche québécoise en matière de politiques et de programmes sociauxs

| Ajouter

Référence bibliographique [11265]

Villeneuve, Patrick. 2013. «L’approche québécoise en matière de politiques et de programmes sociaux». Dans Le travail social : théories, méthodologies et pratiques , sous la dir. de Elizabeth Harper et Dorvil, Henri, p. 129-146. Coll. «Problèmes sociaux et interventions sociales». Québec: Presses de l’Université du Québec.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Nous nous pencherons, dans ce chapitre, sur trois composantes clés des politiques sociales québécoises, soit la politique familiale, la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale ainsi que les services de santé et services sociaux.» (p. 129)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’auteur utilise plusieurs documents officiels du gouvernement du Québec et une vaste gamme d’études québécoises sur le sujet.

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


«Nous avons pu […] constater que les mesures visant à soutenir les familles se sont grandement développées au cours des dernières décennies, que ce soit en ce qui concerne la dispensation de services directs et indirects, de soutien financier ou d’établissement de normes.» (p. 142) «La dispensation des services et du soutien financier accrus sont cependant fortement modulés, d’une part, en fonction de la préoccupation […] pour le soutien aux familles avec enfants et, d’autres part, de façon à encourager la participation au marché du travail.» (p. 142) L’auteur mentionne en conclusion que «[c]omme l’illustrent ces dossiers clés des politiques sociales, on observe que l’État québécois demeure, globalement, proactif en matière de politiques et de programmes sociaux, et ce, malgré certaines réformes puisées du registre néolibéral, telles que les techniques de gestion instaurées dans les CSSS ou la plus grande place faite au secteur privé lors de l’expansion des services de garde à l’enfance.» (p. 143)