Parcours de vie et mobilité : stratégies d’établissement des familles immigrantes dans la région transfrontalière Ottawa-Gatineau

Parcours de vie et mobilité : stratégies d’établissement des familles immigrantes dans la région transfrontalière Ottawa-Gatineau

Parcours de vie et mobilité : stratégies d’établissement des familles immigrantes dans la région transfrontalière Ottawa-Gatineau

Parcours de vie et mobilité : stratégies d’établissement des familles immigrantes dans la région transfrontalière Ottawa-Gatineaus

| Ajouter

Référence bibliographique [11264]

Veronis, Luisa et Ray, Brian. 2013. «Parcours de vie et mobilité : stratégies d’établissement des familles immigrantes dans la région transfrontalière Ottawa-Gatineau». Dans Repenser la famille et ses transitions : repenser les politiques publiques , sous la dir. de Stéphanie Gaudet, Burlone, Nathalie et Lévesque, Maurice, p. 119-147. Québec: Les Presses de l’Université Laval.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Dans le cadre de ce chapitre, nos objectifs sont modestes. Nous adoptons une approche fondée sur l’analyse des parcours de vie pour comprendre les expériences des nouveaux immigrants qui se sont établis à Ottawa-Gatineau. En procédant ainsi, nous souhaitons mettre en lumière le rôle que joue le lieu dans la structuration des décisions qui auront une influence sur les trajectoires individuelles et familiales.» (p. 120)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Ce chapitre se base sur les résultats d’un projet de recherche intitulé ’La Frontière au Quotidien’ mené de 2007 à 2010 […]. Notre analyse se base sur des récits à propos de la frontière recueillis principalement durant des entrevues de groupe.» (p.127-128)

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«Nous estimons que le contexte institutionnel d’un lieu a un impact sur la structuration des évènements des parcours de vie. Cela est particulièrement évident chez les nouveaux arrivants cherchant à améliorer à la fois leur propre mobilité sociale ainsi que celle de leurs enfants. […] Les décisions prises à l’échelle provinciale sont normatives, car elles reflètent deux visions gouvernementales différentes sur la manière dont les programmes devraient fonctionner et pour le compte de qui. Certes, les institutions guident la prise de décisions individuelles et la perception que les gens ont d’eux-mêmes. Mais notre étude montre que les nouveaux arrivants répondent aux possibilités et aux contraintes institutionnelles par beaucoup d’agentivité et d’ingéniosité. Plusieurs familles et ménages choisissent de s’établir à Ottawa ou à Gatineau en fonction de leurs propres avantages, tandis que d’autres s’établiront stratégiquement dans l’une ou l’autre des villes dans le but d’améliorer le parcours de vie de leurs enfants.» (p.144-145)