La construction identitaire chez les jeunes qui choisissent de s’installer dans la région Gaspésie-Iles-de-la-Madeleine

La construction identitaire chez les jeunes qui choisissent de s’installer dans la région Gaspésie-Iles-de-la-Madeleine

La construction identitaire chez les jeunes qui choisissent de s’installer dans la région Gaspésie-Iles-de-la-Madeleine

La construction identitaire chez les jeunes qui choisissent de s’installer dans la région Gaspésie-Iles-de-la-Madeleines

| Ajouter

Référence bibliographique [11216]

Malenfant, Éric, Côté, Serge et Tita, Guglielmo. 2013. «La construction identitaire chez les jeunes qui choisissent de s’installer dans la région Gaspésie-Iles-de-la-Madeleine». Dans Regard sur... la construction identitaire des jeunes , sous la dir. de Nicole Gallant et Pilote, Annie, p. 35-52. Québec: Presses de l’Université Laval.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Les données recueillies à l’occasion d’un projet de recherche […] nous ont servi à analyser les facteurs influençant ce processus de construction identitaire chez les jeunes migrants. Nous avons organisé notre propos autour de deux thèmes. Le premier, le sentiment d’appartenance, [et] [l]e second, l’intégration sociale des migrants.» (p. 36)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Notre terrain de recherche, effectué è l’été et è l’automne 2008, nous a permis de rejoindre une centaine de jeunes de 20 à 34 ans répartis sur l’ensemble du territoire de la région administrative de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine (GÎM).» (p. 37)

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«Toutes dimensions confondues, l’intégration des migrants dans la région GÎM influence leurs possibilités de rester dans la région et de poursuivre l’aventure de la migration entreprise quelques années auparavant. La convivialité des relations sociales dans la région contribue à l’épanouissement de plusieurs jeunes. Les relations d’amitié, la famille, le couple, les enfants, l’accès au logement et à l’emploi, tous ces éléments contribuent à l’intégration des migrants dans leur nouveau milieu. L’intégration peut être très bonne sur certains plans et moins bonne sur d’autres. Au total, la balance penchera d’un côté ou de l’autre selon un dosage qui reste difficile à définir et qui peut varier d’un individu à l’autre.» (p. 47)