Transmissions plurielles et parentage multiple : une autre lecture des solidarités familiales

Transmissions plurielles et parentage multiple : une autre lecture des solidarités familiales

Transmissions plurielles et parentage multiple : une autre lecture des solidarités familiales

Transmissions plurielles et parentage multiple : une autre lecture des solidarités familialess

| Ajouter

Référence bibliographique [11147]

Dandurand, Renée B. et Kempeneers, Marianne. 2013. «Transmissions plurielles et parentage multiple : une autre lecture des solidarités familiales». Dans Les transmissions familiales aujourd’hui : de quoi vont hériter nos enfants? , sous la dir. de Myriam Jézéquel et Ouellette, Françoise-Romaine, p. 165-172. Montréal: Fides.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Dans ce chapitre, les auteures traitent des transmissions plurielles et exposent certains résultats d’une autre étude portant sur les «transformations des solidarités familiales au Québec au long du XXe siècle, ceci en lien avec l’évolution du travail et des politique publiques.» (p. 167) Les résultats présentés dans ce chapitre portent plus particulièrement «sur les données relatives à l’enfance et à la petite enfance, une période de la vie où la solidarité est particulièrement chargée de transmission.» (p. 168)

Questions/Hypothèses :
«Comment s’organisent ces aides [solidarité familiale, soutien institutionnel] et ces relais? Surtout, confier son enfant à un tiers, n’est-ce pas aussi partager les transmissions? Les transmissions parentale, familiale et scolaire, est-ce du pareil au même.» (p. 166)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Ce chapitre se base sur «une enquête biographique menée en 2004 auprès d’un échantillon de 500 personnes représentatif des cohortes nées au Québec entre 1934 et 1954 et résidant dans la grande région de Montréal au moment de l’enquête.» (p. 167)

Instruments :
Guide d’entretien

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«En rupture avec les sciences ‘psy’ qui ont tendance à ne considérer que ce qui se transmet des pères et mères à leurs enfants, notre enquête vient rappeler que bien d’autres personnes dans l’entourage sont en lien avec les enfants et sont en mesure de leur transmettre des valeurs, normes et pratique tout à fait variées. Que ce soit dans la sphère privée ou publique, l’enfance est aujourd’hui soumise à ce que nous appelons un ‘parentage multiple’. Une facette de ce parentage entoure les relevailles et la petite enfance. La solidarité familiale qui se manifeste autour de ce segment de vie, dans trois générations successives au XXe siècle, implique plusieurs membres de la famille élargie, auxquels vont s’ajouter, dans les générations plus contemporaines, d’autres acteurs des services publics. Si, sur le plan des solidarités proprement dites, ce sont au premier chef les mères qui font l’objet d’une prestation de soutien de la part de l’entourage, les enfants concernés par ces aides à leur mère en retirent autre chose en propre. Ainsi, cette fonction ‘utilitaire’ première des solidarités, saisie dans ces schémas de parentage multiple, est simultanément porteuse d’une fonction ‘symbolique’; elle est le vecteur d’une transmission de valeurs, de normes et de pratiques.» (p. 171)