Les avocates, les avocats et la conciliation travail-famille

Les avocates, les avocats et la conciliation travail-famille

Les avocates, les avocats et la conciliation travail-famille

Les avocates, les avocats et la conciliation travail-familles

| Ajouter

Référence bibliographique [11112]

Tremblay, Diane-Gabrielle et Mascova, Elena. 2013. Les avocates, les avocats et la conciliation travail-famille. Montréal: Les éditions du remue-ménage.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«L’objectif de cette recherche qualitative était de voir ce qui se jouait pour les avocats, hommes et femmes, en ce qui a trait à la gestion des temporalités professionnelles et familiales. Plus concrètement, nous avons articulé notre interrogation autour de quelques axes: l’activité professionnelle et ses contraintes, la vie familiale et son organisation au quotidien, l’articulation travail-famille mais aussi le recours aux différents dispositifs de la conciliation tels que les congés parentaux, aménagements du temps de travail, etc.» (p. 27)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«En tout, 115 avocats et avocates se sont portés volontaires, parmi lesquels 46 ont été retenus pour participer à l’étude et interrogés, soit 17 hommes et 29 femmes.» (p. 27)

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«Doit-on s’en étonner, concilier travail et famille est particulièrement difficile chez les avocats, surtout dans les grands cabinets. Si le milieu hyperperformant du droit laisse en effet peu de place aux réalités familiales, la présence sans cesse croissante des femmes fait pourtant de la conciliation travail-famille un enjeu majeur au sein de la profession, auquel s’intéressent aussi de plus en plus de jeunes hommes. […] Diane-Gabrielle Tremblay et Elena Mascova examinent les stratégies de conciliation et leurs répercussions sur les divers parcours professionnels. Les normes et la culture dominante qui régissent la profession font-elles obstacle à la diversité des pratiques ? Pour être un bon avocat, une bonne avocate, faut-il nécessairement travailler sans compter les heures, être joignable en tout temps au bout du BlackBerry ?» (quatrième de couverture)