Infirmières : vocation, engagement et parcours de vie

Infirmières : vocation, engagement et parcours de vie

Infirmières : vocation, engagement et parcours de vie

Infirmières : vocation, engagement et parcours de vies

| Ajouter

Référence bibliographique [11111]

Tremblay, Diane-Gabrielle. 2014. Infirmières : vocation, engagement et parcours de vie. Montréal: Éditions du Remue-ménage.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cet ouvrage porte sur les parcours de vie des infirmières et plus particulièrement sur leurs fins de carrières. [...] Nous nous penchons sur ce groupe pour mieux comprendre les enjeux liés à deux grands défis sociaux, soit le vieillissement de la main d’œuvre et l’organisation des temps de travail et autres temps de la vie.» (p. 15)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Dans cet ouvrage, nous donnerons la parole aux infirmières, car notre recherche est fondée sur […] des entretiens avec une trentaine d’infirmières actives ou retraitées.» (p. 26) Également, une centaine d’infirmières ont donné leurs commentaires par le biais d’un sondage en ligne.

Instruments :
Sondage

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«Si elles [les infirmières] restent tout de même très centrées sur leur ethos professionnel de service et de soins aux autres, elle s’en distancient quelque peu en raison de l’évolution du milieu. Pour plusieurs, le profond désir de s’engager aussi dans la famille et les difficultés évidentes à concilier le travail infirmier et la vie familiale contribueront également à un certain éloignement ou à une distanciation par rapport à l’engagement original.» (p. 140) «L’avancée en âge se traduit toujours par une plus grande fatigue, mais plusieurs souhaitent demeurer actives. Elles apprécient alors de pouvoir rester présentes dans le milieu, mais en choisissant les contrats et le travail qu’elles veulent faire, les heures de travail qu’elles désirent. Elles bénéficient alors de plus de temps pour les loisirs personnels, les amis, la famille, les petits-enfants, tout en ayant parfois la responsabilité d’un conjoint âgé ou malade, ce qui contribue à une certaine perpétuation du travail de ‘soins’.» (p. 142) Enfin, «[notre] angle d’approche nous a en outre permis d’approfondir la notion d’engagement dans le travail et tout ce que cela peut signifier en lien avec la conciliation entre vie personnelle/familiale et vie professionnelle.» (p. 144)