Les familles et l’immigration : apprécier les différences et faire face aux défis

Les familles et l’immigration : apprécier les différences et faire face aux défis

Les familles et l’immigration : apprécier les différences et faire face aux défis

Les familles et l’immigration : apprécier les différences et faire face aux défiss

| Ajouter

Référence bibliographique [1108]

Robichaud, Fanny. 2009. «Les familles et l’immigration : apprécier les différences et faire face aux défis». Dans Comprendre les familles pour mieux intervenir : repères conceptuels et stratégies d’action , sous la dir. de Carl Lacharité et Gagnier, Jean-Pierre, p. 229-251. Montréal: Gaëtan Morin.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Ce chapitre propose au lecteur une réflexion sur sa propre compétence culturelle dans le contexte de l’intervention auprès des familles, de même que la détermination de moyens d’optimiser celle-ci.» (p. 230)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


Ce chapitre traite de l’intervention auprès de familles d’origines culturelles différentes en prenant pour pivot d’analyse le concept de compétence culturelle. «Les concepts sous-jacents à la compétence culturelle sont présentés et illustrés à partir de mises en situation portant sur les défis auxquels font face les intervenants et les familles.» (p. 230) L’auteure expose la nécessité pour l’intervenant oeuvrant auprès de familles immigrantes d’adopter un modèle d’intervention favorisant l’autonomie des familles plutôt qu’un modèle axé sur la prise en charge. Elle souligne deux pistes de solutions pour favoriser cette orientation : «[...] premièrement, adopter une position d’observation critique de nos propres interventions, accepter humblement nos limites et travailler à les repousser. Deuxièmement, mettre de côté le masque de l’expert et reconnaître l’expertise de la famille en ce qui a trait à sa propre expérience, à la détermination de ses besoins et à sa capacité de trouver les solutions les plus adéquates.» (p. 250)