Les maladies chroniques dans Lanaudière : Les maladies mentales

Les maladies chroniques dans Lanaudière : Les maladies mentales

Les maladies chroniques dans Lanaudière : Les maladies mentales

Les maladies chroniques dans Lanaudière : Les maladies mentaless

| Ajouter

Référence bibliographique [11051]

Guillemette, André. 2011. Les maladies chroniques dans Lanaudière : Les maladies mentales. Joliette (Québec): Gouvernement du Québec, Agence de la santé et des services sociaux de Lanaudière.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Ce document de surveillance a pour objectif de dresser un portrait statistique de certaines maladies mentales affectant la population lanaudoise.» (p. 5)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


«Les maladies mentales génèrent de multiples impacts sur la vie des personnes affectées. Elles peuvent être la source d’une profonde détresse tout en contribuant à la diminution de la quantité et de la qualité des relations interpersonnelles et familiales.» (p. 19) «La promotion de la santé mentale repose sur des actions aptes à maximiser la santé mentale et le bien-être des individus et des communautés. […] Selon l’OMS [Organisation Mondiale de la Santé] (2001), la promotion de la santé mentale comporte des actions visant à améliorer la qualité des interactions parents-enfants et à faire en sorte que la vieillesse soit une étape positive de la vie. Ces actions ont aussi pour objectifs d’accroître les compétences de base des enfants (pour la résolution de problème, le raisonnement, les relations interpersonnelles, la gestion des émotions, etc.) et de lutter contre la stigmatisation et la discrimination envers les personnes souffrant d’une maladie mentale. La promotion de la santé mentale doit aussi favoriser la création et le maintien de milieux de vie propices à la santé. Pour ce faire, ils doivent être conviviaux, équitables, prospères, durables, salubres et sécuritaires (Bégin, Ouellet et Cadieux, 2007).» (p. 30)