Qui a eu cette idée folle? : essais sur l’éducation scolaire

Qui a eu cette idée folle? : essais sur l’éducation scolaire

Qui a eu cette idée folle? : essais sur l’éducation scolaire

Qui a eu cette idée folle? : essais sur l’éducation scolaires

| Ajouter

Référence bibliographique [11005]

Baby, Antoine. 2013. Qui a eu cette idée folle? : essais sur l’éducation scolaire. Québec: Presses de l’Université du Québec.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
L’auteur aborde la question du système d’éducation québécois pour encourager sa transformation et faire de l’éducation une priorité nationale. Selon lui, une des transformations majeures passe, entre autres, par la relation qu’entretiennent parents et institutions scolaires. C’est ainsi qu’il affirme, «[l]orsqu’il s’agit de préciser le rôle et la nature de la participation des ‘parents’ et de la famille dans la réussite éducative des enfants, on nage en pleine confusion des termes. J’aborderai donc trois de ces confusions [1) réussite éducative v. réussite scolaire; 2) réussite éducative scolaire v. réussite éducative familiale; et 3) contribution de l’école v. contribution de la famille quant à la réussite éducative d’un enfant] que j’ai choisies parce qu’elles me paraissent toutes les trois lourdes de conséquences.» (p. 254)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Essai

3. Résumé


Dans le cadre de sa réflexion sur l’école, l’auteur accorde une grande importance au rôle de la famille. Ainsi, il défend plusieurs idées, de la manière suivante: «[o]n accepte facilement […] que les parents aient leur mot à dire dans ce qui se passe à l’école. On accepte aussi facilement […] que les parents nous interdisent de nous mêler de ce qui se passe à la maison! Et pourtant l’école a besoin d’enfants familialement bien élevés, notamment en ce qui concerne la préparation et l’appui de la famille au parcours scolaire dans lequel elle engage ses enfants.» (p. 257) «[L]’école a autant le droit de vérifier si la famille a fait le travail convenu, que la famille a le droit de s’informer de ce qui se passe à l’école.» (p. 257) «D’ici à ce que nous ayons réussi à mieux arrimer le volet famille et le volet école de la réussite éducative, nous devrions nous en tenir à appeler ‘réussite éducative scolaire’ le volet strictement scolaire de la réussite [...]. Puis, le jour où la jonction se fera, nous aurons enfin le droit de parler de ‘réussite éducative’ au sen plein du terme, ce qui intégrera le volet scolaire et le volet familial de la réussite.» (p.257)