La victimisation par les pairs de la maternelle à la deuxième année du primaire

La victimisation par les pairs de la maternelle à la deuxième année du primaire

La victimisation par les pairs de la maternelle à la deuxième année du primaire

La victimisation par les pairs de la maternelle à la deuxième année du primaires

| Ajouter

Référence bibliographique [10994]

Giguère, Claudine, Desrosiers, Hélène, Vitaro, Frank, Boivin, Michel, Cardin, Jean-François et Brendgen, Mara R. 2011. «La victimisation par les pairs de la maternelle à la deuxième année du primaire ». Étude longitudinale du développement des enfants du Québec (ÉLDEQ 1998-2010), vol. 5, no 4.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«[C]e fascicule vise trois objectifs: 1. Identifier les trajectoires de victimisation par les pairs en début de scolarisation (c’est-à-dire de la maternelle à la deuxième année du primaire) à partir de l’information fournie par l’enfant; 2. Examiner le lien entre certaines caractéristiques personnelles et sociofamiliales mesurées à la maternelle et les trajectoires de victimisation; 3. Évaluer la relation entre les trajectoires de victimisation et les trajectoires d’attachement scolaire des enfants.» (p. 3)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Ce fascicule s’appuie sur les données de l’Étude longitudinale du développement des enfants du Québec (ÉLDEQ 1998- 2010) conduite par l’Institut de la statistique du Québec avec la collaboration de différents partenaires». (p. 1)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Premièrement, dès l’entrée à la maternelle, les comportements négatifs sur lesquels repose la victimisation sont plutôt fréquents. Ainsi, plus du quart des enfants rapportent avoir été souvent victimes de comportements tels que se faire crier des noms ou se faire intimider physiquement. Par ailleurs, si certains de ces comportements se font dans l’ensemble plus rares à mesure que l’âge et l’année d’études augmentent, il reste qu’un certain nombre d’enfants demeurent des cibles de plusieurs comportements, et cela de façon constante. En effet, l’analyse de trajectoires révèle la présence de trois trajectoires quant à la victimisation au cours des premières années de scolarisation, dont une trajectoire élevée et stable. Cette dernière regroupe une proportion significative d’enfants (10 %) qui seraient souvent les cibles des comportements négatifs des autres enfants entre la maternelle et la deuxième année du primaire.[…] Deuxièmement, les trajectoires observées étaient, dès la maternelle, bien démarquées et rectilignes. Les tendances se mettent donc en place dès l’entrée à l’école et elles persisteront par la suite. […] Troisièmement, la présente analyse confirme les résultats de travaux antérieurs quant au caractère prédictif des problèmes de comportement extériorisés chez l’enfant et des conduites parentales coercitives.» (p. 11)