Fiche socio-économique en matière d’égalité entre les femmes et les hommes. Montréal

Fiche socio-économique en matière d’égalité entre les femmes et les hommes. Montréal

Fiche socio-économique en matière d’égalité entre les femmes et les hommes. Montréal

Fiche socio-économique en matière d’égalité entre les femmes et les hommes. Montréals

| Ajouter

Référence bibliographique [10939]

Bourgault, Catherine. 2012. Fiche socio-économique en matière d’égalité entre les femmes et les hommes. Montréal. Québec: Gouvernement du Québec, Conseil du statut de la femme.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
L’objectif de ce document est de faire un portrait de l’égalité homme-femme dans la région de Montréal notamment en ce qui a trait à l’égalité économique; la conciliation travail-famille; l’intégrité physique et psychologique des femmes; l’éducation et la participation des femmes dans les différentes sphères politiques.

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«[L]es données statistiques présentées dans ce document sont tirées des portraits statistiques régionaux Égalité femmes / hommes (Conseil du statut de la femme, 2010).» (p. 2)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


À Montréal, il existe une «[t]endance des jeunes familles à quitter l’île au profit des régions situées au sud et au nord. [Les] proportions de familles monoparentales totales et avec chef féminin [sont] les plus fortes au Québec.» (p. 4) Au niveau de l’éducation, Montréal regroupe «la plus forte concentration de diplômés universitaires au Québec [mais] parmi l’ensemble des femmes diplômés universitaires, ce sont les Montréalaises qui affichent le taux d’emploi le plus faible au Québec.» (p. 5) Au niveau de la conciliation travail-famille, il existe un «[é]cart plus grand entre le taux d’emploi des mères et de pères d’enfants d’âge préscolaire à Montréal qu’au Québec. [Or,] le taux des places offertes en servies de garde est de 55,1 places, un taux plus élevé que celui de l’ensemble du Québec.» (p. 9) Les femmes montréalaise rapportent plus souvent avoir une mauvaise perception de leur santé mentale (5,6%) et avoir une perception de stress élevé (27,1%) que l’ensemble des femmes québécoise (respectivement 4,0% et 25,9%). De plus, «Montréal se classe parmi les régions où l’on retrouve le plus de femmes violentées dans un contexte conjugal.» (p.12)