Les grands-parents : une source de soutien pour les parents d’enfants ayant une déficience

Les grands-parents : une source de soutien pour les parents d’enfants ayant une déficience

Les grands-parents : une source de soutien pour les parents d’enfants ayant une déficience

Les grands-parents : une source de soutien pour les parents d’enfants ayant une déficiences

| Ajouter

Référence bibliographique [10895]

Presutto, Émilie, Goupil, Georgette et Rogé, Bernadette. 2011. «Les grands-parents : une source de soutien pour les parents d’enfants ayant une déficience ». Enfances, Familles, Générations, no 14, p. 158-175.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Les parents d’enfants ayant une déficience sont confrontés à plusieurs sources de stress et font face à plus d’obligations. Cet article présente une recension des écrits de 1985 à 2009 sur le soutien des grands-parents à ces parents.» (p. 158)

Questions/Hypothèses :
«Le mandat des grands-parents est vaste, mais qu’en est-il dans les familles qui élèvent un enfant avec des besoins particuliers?» (p. 159)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
La revue de littérature a permis aux chercheures de trouver 19 recherches anglophones et francophones sur le soutien des grands-parents dans les familles qui élèvent un enfant ayant une déficience, de 1985 à 2009, repérées à l’aide de banques de données (Google Scholar, ERIC, Familia, FRANCIS, Psychology: A SAGE Full Text Collection, PsycARTICLES, PsycINFO) […].» (p. 160)

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


«Cet article a permis de dresser un portrait du rôle des grands-parents dans les familles où grandit un enfant ayant une déficience. La description de ces données indique que les grands-parents sont dans de nombreuses familles une source importante de soutien. […] Il faut aussi prendre en considération que des études, auprès de familles dans la population générale, révèlent divers styles de relations entre les grands-parents et la famille. Les grands-parents peuvent être influents, soutenants, passifs, autoritaires ou détachés […]. L’implication des grands-parents est aussi définie dans un continuum allant d’aucune rencontre à la garde complète des petits-enfants […]. Ces divers styles de relations et ce continuum se retrouvent probablement chez les grands-parents qui ont un petit-enfant présentant une déficience et conditionnent alors aussi les relations. Les grands-mères maternelles sont identifiées comme les plus importantes sources de soutien. Or les participants aux recherches sont en majorité les mères elles-mêmes. [D]es résultats […] à cet égard indiquent que lorsque les pères sont questionnés, ils semblent plus sensibles, sur le plan émotionnel, au soutien de leur mère. La recherche auprès des pères est moins abondante et mérite d’être développée.» (p. 158)