Regards de femmes aînées sur leurs vieillesses et leurs transmissions intergénérationnelles

Regards de femmes aînées sur leurs vieillesses et leurs transmissions intergénérationnelles

Regards de femmes aînées sur leurs vieillesses et leurs transmissions intergénérationnelles

Regards de femmes aînées sur leurs vieillesses et leurs transmissions intergénérationnelless

| Ajouter

Référence bibliographique [10894]

Charpentier, Michèle, Quéniart, Anne et Marchand, Isabelle. 2012. Regards de femmes aînées sur leurs vieillesses et leurs transmissions intergénérationnelles. Montréal: Institut de recherches et d’études féministes, Université du Québec à Montréal.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Le premier visait à mieux cerner les représentations du vieillir des femmes âgées de 65 ans et plus, ainsi que celles ayant trait à la grand-maternité (identification de soi comme femme aînée, leur place et à leurs rôles comme femme âgée et grand-mère au sein de l’univers du privé, etc.). Le deuxième objectif s’articulait sous l’angle de la transmission intergénérationnelle.» (p. 1)

Questions/Hypothèses :
«Quels legs, valeurs et savoirs (être et faire), les femmes aînées transmettent-elles à leurs enfants et petits-enfants? Quelles sont les modalités et la teneur de ces transmissions?» (p. 1)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«L’échantillon final se compose de 25 québécoises francophones issues de trois générations: neuf répondantes ont de 65 à 74 ans, dix de 75 à 84 ans et, finalement, six femmes sont âgées de 85 ans et plus.» (p. 8)

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


«En conclusion, les représentations de la vieillesse et de la grand-maternité se transforment sous l’influence à la fois des normes, des valeurs et des pratiques sociétales et discursives menant à la formation d’identités composites du vieillir. Les dynamiques et les modes de vieillissement ne sont pas statiques, encore moins homogènes; la vieillesse, ou devrait-on dire les vieillesses, se vit aujourd’hui à ‘des rythmes multiples’ […] et pluriels […]. La grand-maternité, qui se recompose également au gré des décennies, offre aujourd’hui des espaces-temps qui apparaissent plus libres et consentis avec les enfants et les petits-enfants. Les descendantes et descendants continuent d’occuper une place importante dans la vie des femmes âgées, et ce, même si les cultures familiales et liens intergénérationnels prennent différentes configurations. Ces configurations sont fortement influencées par les modes de génération […] et par les trajectoires des femmes âgées. Ces dynamiques influent à leur tour les types de savoirs transmis. Au-delà du caractère matériel et intelligible des connaissances et des valeurs transmises, les répondantes transmettent également une part de leur ‘soi’, modelé à l’aune des expériences diverses et sérielles qui jalonnent leurs parcours de vie.» (p. 30)