Fiche socio-économique en matière d’égalité entre les femmes et les hommes. Capitale-Nationale

Fiche socio-économique en matière d’égalité entre les femmes et les hommes. Capitale-Nationale

Fiche socio-économique en matière d’égalité entre les femmes et les hommes. Capitale-Nationale

Fiche socio-économique en matière d’égalité entre les femmes et les hommes. Capitale-Nationales

| Ajouter

Référence bibliographique [10882]

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
L’objectif de ce document est de faire un portrait de l’égalité homme-femme dans la région de la Capitale-Nationale notamment en ce qui a trait à l’égalité économique; la conciliation travail-famille; l’intégrité physique et psychologique des femmes; l’éducation et la participation des femmes dans les différentes sphères politiques.

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«[L]es données statistiques présentées dans ce document sont tirées des portraits statistiques régionaux Égalité femmes / hommes (Conseil du statut de la femme, 2010).» (p. 2)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Les femmes de la Capitale-Nationale sont légèrement moins scolarisées que les hommes: 80,1% détiennent un diplôme contre 81,7% des hommes, mais elles sont plus scolarisées que les Québécoises: dans l’ensemble du Québec, 74,9% des femmes détiennent un diplôme. La région arrive d’ailleurs au premier rang au Québec pour la proportion des personnes diplômées.» (p. 5) Il y a «[u]ne différence de 15,6 points de pourcentage entre le taux d’emploi des mères et des pères s’enfants d’âge préscolaire dans la Capitale-Nationale: 77,7% des femmes de 25 à 54 ans avec au moins un enfant de moins de 6 ans occupaient un emploi rémunéré en 2006 (69,5% au Québec).» (p. 10) «En 2005, le revenu moyen des femmes de la région représentait 70% du revenu des hommes (68,6% au Québec).» (p. 11) Au niveau de l’intégrité physique et psychologique des femmes, on remarque que «le taux de suicide chez les femmes est plus élevé dans la région (8,9 /100 000) qu’au Québec (7,5 /100 000) [et que l]es grossesses à l’adolescence (14 à 17 ans) sont […] moindres dans la région (11,0 contre 15,4 par 1000).» (p. 12)