L’impact du salaire minimum sur l’emploi des jeunes à l’école

L’impact du salaire minimum sur l’emploi des jeunes à l’école

L’impact du salaire minimum sur l’emploi des jeunes à l’école

L’impact du salaire minimum sur l’emploi des jeunes à l’écoles

| Ajouter

Référence bibliographique [10869]

Boisvert, Mathieu. 2011. «L’impact du salaire minimum sur l’emploi des jeunes à l’école». Mémoire de maîtrise, Montréal, Université du Québec à Montréal, Département d’économie.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Il existe une branche de la littérature économique traitant de l’effet du salaire minimum sur l’emploi. La plupart de ces études portent sur des adolescents ou des jeunes adultes. De plus, certains auteurs soutiennent qu’une hausse du salaire minimum fait hausser l’emploi. Cette étude porte sur l’emploi des étudiants et examinera la question de la corrélation entre la hausse du salaire minimum et celle de l’emploi.» (p. viii)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’auteur utilise «[…] les données des cycles 2 à 5 de l’Enquête sur les jeunes en transition pour la cohorte dite A, incluant un échantillonnage d’étudiants et d’étudiantes âgés de 15 ans en 1999.» (p. viii)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Les résultats attendus étaient que la hausse du salaire minimum et la hausse du taux de chômage diminueraient la probabilité d’emploi. Les résultats obtenus pour les deux sexes montrent que la hausse du salaire minimum n’est pas favorable pour l’emploi étudiant. Pour les deux sexes, une hausse du taux de chômage est aussi défavorable à l’emploi étudiant.» (p. viii) Une section de ce mémoire est consacrée à l’influence du revenu familial sur la réussite scolaire des étudiants. En raison d’absence de données, les résultats ne parviennent pas à confirmer les recherches précédentes sur le sujet. L’auteur n’a donc pas pu vérifier que plus le revenu familial est élevé, moins les jeunes travaillent. Il est également question du lien entre le statut conjugal des étudiants et l’emploi des jeunes. Plus particulièrement, les résultats montrent que les étudiants travailleurs en couple sont plus nombreux que les étudiants travailleurs célibataires.