Les entreprises d’insertion sociale à Montréal : trajectoire des participants

Les entreprises d’insertion sociale à Montréal : trajectoire des participants

Les entreprises d’insertion sociale à Montréal : trajectoire des participants

Les entreprises d’insertion sociale à Montréal : trajectoire des participantss

| Ajouter

Référence bibliographique [10861]

Pierre, Alfred. 2009. «Les entreprises d’insertion sociale à Montréal : trajectoire des participants ». Lien social et Politiques, no 61, p. 171-185.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cet article est centré sur l’analyse de trois segments de trajectoire sociale des participants, entendus comme trois moments de leur trajectoire d’insertion socioprofessionnelle: les moments ante, in et post insertion sociale. Nous questionnons la capacité des entreprises d’insertion de lutter contre la pauvreté et la précarité par la réinsertion en emploi. […] Ensuite, nous chercherons à montrer comment se maintient la pauvreté ou la précarité des personnes en insertion sociale à Montréal à partir d’un portrait des mères de jeunes enfants et des jeunes qui ont suivi récemment un parcours individualisé d’insertion.» (p. 172)

Questions/Hypothèses :
«Nous soutenons l’hypothèse que si le statut de participant est dérogatoire par rapport au statut du travailleur, l’emploi occupé par les participants dans les entreprises d’insertion sociale n’est pas pourtant la forme la plus dégradée des emplois précaires. De ce fait, les participants à un parcours d’insertion, souvent perçus comme éloignés des marchés du travail, s’insèrent en fait dans un segment des travailleurs les plus précaires, où le simple statut de travailleur salarié, qui définit ailleurs la précarité et la pauvreté au travail, constitue en soi un objectif à atteindre.» (p. 172)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Cette recherche est qualitative et axée sur un échantillon de 52 entretiens en profondeur: 19 avec des responsables d’entreprise, des intervenants professionnels et psychosociaux; 33 avec des participants, dont 23 sont des femmes [dont 16 sont des mères de jeunes enfants]. Nos répondants proviennent principalement de quatre entreprises évoluant dans des domaines d’activités et des quartiers différents et travaillant avec une clientèle différente: femmes immigrantes, jeunes décrocheurs et jeunes adultes peu scolarisés.» (p. 174)

Instruments :
Guide d’entretien

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


À propos des mères monoparentales, «notre recherche confirme [qu’elles] sont parmi les travailleurs les plus précaires. L’élément nouveau qu’apporte notre analyse concerne la façon dont le rapport à la maternité affecte la relation d’emploi des travailleuses précaires. Ici, c’est le statut de mère plutôt que le sexe de la travailleuse qui a émergé comme une catégorie d’analyse de la précarité d’emploi. Par rapport à la maternité des travailleuses précaires, nous entendons la configuration du lien d’emploi à la condition de mère de ces travailleuses. L’événement de la maternité est un facteur qui fait basculer ces dernières dans l’assistance sociale et les déqualifie indépendamment du nombre d’années d’activité. La grossesse et l’éducation d’un enfant deviennent les moments charnières du saut dans l’assistance sociale, ce qui est évidemment révélateur d’un ensemble de déficits de protection sociale liés autant aux politiques sociales qu’aux marchés du travail.» (p. 177)