Grossesse et travail : au-delà des facteurs de risques pour la santé

Grossesse et travail : au-delà des facteurs de risques pour la santé

Grossesse et travail : au-delà des facteurs de risques pour la santé

Grossesse et travail : au-delà des facteurs de risques pour la santés

| Ajouter

Référence bibliographique [10837]

Malenfant, Romaine, Gravel, Anne Renée, Laplante, Normand et Plante, Robert. 2011. «Grossesse et travail : au-delà des facteurs de risques pour la santé ». Revue multidisciplinaire sur l’emploi, le syndicalisme et le travail (REMEST), vol. 6, no 1, p. 50-72.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cet article met en lumière les risques pour la santé liés au travail des femmes en abordant la problématique de la conciliation travail-grossesse. Cette analyse adopte comme cadre de référence la division sexuelle du travail […]. Cette perspective analytique est rarement intégrée dans les études portant sur la santé des femmes au travail.» (p. 50)

Questions/Hypothèses :
«La gestion des ressources humaines et du réaménagement des tâches est au cœur de l’application du droit de retrait préventif. Le maintien au travail pendant une bonne partie de la grossesse augmente de façon continue depuis une quinzaine d’années. Quels sont les facteurs qui sont à la source de ce changement? Comment le contexte a-t-il évolué pour que la poursuite de l’activité de travail soit devenue une stratégie envisageable et réalisable? La réaffectation est-elle faite de façon à ce que la santé et la sécurité soit adéquatement protégées?» (p. 55)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Notre choix s’est porté sur deux secteurs d’activités […], soit le secteur de la santé, notamment les centres hospitaliers (CH) où on retrouve un grand nombre de jeunes infirmières et le secteur des marchés d’alimentation (MA) où l’on retrouve aussi un grand nombre de jeunes femmes caissières, pâtissières, charcutières, etc. […] Les établissements sélectionnés devaient se distinguer par l’existence ou non d’une politique ou de mesures de maintien au travail des travailleuses enceintes. Des entrevues en face à face ont été réalisées auprès des représentants des employeurs, soit auprès du personnel des bureaux de santé ou du personnel en gestion des ressources humaines (GRH) dans les CH, soit auprès des directeurs ou auprès des personnes affectées au traitement des demandes de retrait préventif de la travailleuse enceinte dans les MA.» (p. 56)

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


Selon les auteurs, «[p]our les femmes, l’expérience vécue du travail durant la grossesse constitue l’élément annonciateur du degré d’acceptation de la part des milieux de travail et de la société québécoise des spécificités féminines au travail. L’article fait ressortir où en sont rendues les organisations sur ce plan, à travers l’étude du traitement des demandes de retrait préventif de la travailleuse enceinte, droit inclus au Québec dans la Loi sur la santé et sécurité au travail. Malgré des avancées significatives dans certains milieux, on constate encore la prédominance d’une logique gestionnaire traditionnelle et sexiste dans l’application du droit qui mène les travailleuses au retrait du travail durant leur grossesse.» (p. 50) «Les résultats de notre recherche montrent que nous ne sommes jamais loin de l’opposition classique production-reproduction, mais la constance des travailleuses enceintes à se prévaloir de leur droit confronte les milieux de travail et ébranle l’autorité gestionnaire. Elles ouvrent ainsi une brèche donnant accès à la discussion et à la recherche de stratégies de conciliation au sein même de l’entreprise. Nos résultats suggèrent la nécessité d’une ’réflexion sur l’organisation comme producteur de conditions de travail en exigeant d’entrer dans la compréhension concrète de ce qu’est une organisation de l’activité’ des travailleuses enceintes et de leur équipe de travail […].» (p. 69)