La représentation du soutien social dans la communauté autochtone de Kitcisakik

La représentation du soutien social dans la communauté autochtone de Kitcisakik

La représentation du soutien social dans la communauté autochtone de Kitcisakik

La représentation du soutien social dans la communauté autochtone de Kitcisakiks

| Ajouter

Référence bibliographique [10819]

Sasseville, Nathalie. 2012. «La représentation du soutien social dans la communauté autochtone de Kitcisakik». Thèse de doctorat, Québec, Université Laval, École de service social.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Cette thèse porte sur la représentation du soutien social d’acteurs de la communauté autochtone de Kitcisakik interpellés dans l’aide aux familles en difficulté. [Un des éléments particulièrement visé est de] connaître le point de vue de chacun des acteurs sociaux sur sa vision de son rôle auprès des jeunes et des familles […].» (p. iii)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’échantillon comprend 23 personnes des «[…] acteurs de la communauté de Kitcisakik […]: huit aidants naturels, deux aînés, deux intervenants sociaux, un membre du Conseil anicinape, six parents et quatre adolescentes recevant des services de première ligne Widokodadîn.» (p. iii)

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


Selon les résultats, «[q]uatre représentations du soutien social caractérisent les discours et les comportements des individus que nous avons interrogés. Ces quatre représentations sociales sont associées à des sous-groupes sociaux de la communauté, et ce, en relation avec leurs caractéristiques et leur positionnement occupé dans la communauté […]. Il existe deux éléments fondamentaux des représentations du soutien social qui unissent l’ensemble de nos répondants; ces éléments étant largement ancrés dans l’histoire de la communauté à savoir l’importance accordée aux enfants ainsi que la responsabilisation individuelle et communautaire […] À travers ces quatre représentations se révèlent les comportements, les croyances et les attitudes des personnes à l’égard du soutien. Il se dégage des propos que les réseaux de soutien sont différents de ce qu’ils étaient avant la colonisation. Les anciens réseaux d’alliance ne sont plus, ils sont réapparus sous la forme de nouvelles structures de soutien dans la société actuelle […].» (p. iii-iv) À noter que selon les résultats l’importance accordée aux enfants dans la communauté engendre une responsabilisation individuelle et collective qui a des conséquences positives sur le soutien social. À noter que l’auteure expose aussi les différentes difficultés familiales de cette communauté et les diverses ressources qu’elle possède pour recevoir du soutien.