Symptômes de dissociation chez les enfants d’âge préscolaire ayant dévoilé une agression sexuelle

Symptômes de dissociation chez les enfants d’âge préscolaire ayant dévoilé une agression sexuelle

Symptômes de dissociation chez les enfants d’âge préscolaire ayant dévoilé une agression sexuelle

Symptômes de dissociation chez les enfants d’âge préscolaire ayant dévoilé une agression sexuelles

| Ajouter

Référence bibliographique [10806]

Bernier, Marie-Josée, Collin-Vézina, Delphine et Hébert, Martine. 2011. «Symptômes de dissociation chez les enfants d’âge préscolaire ayant dévoilé une agression sexuelle ». Journal international De Victimologie / International Journal Of Victimology, vol. 9, no 2, p. 318-332.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«La présente étude vise à documenter la présence de symptômes de dissociation chez des enfants d’âge préscolaire ayant dévoilé une agression sexuelle. Plus spécifiquement, la fréquence des symptômes de dissociation normaux et pathologiques sera considérée en fonction du sexe des enfants.» (p. 318)

Questions/Hypothèses :
«En se basant sur les données antérieures, il est postulé que les enfants victimes d’AS [agressions sexuelles] présenteront davantage de symptômes de dissociation que les enfants du groupe de comparaison. Il est supposé que les caractéristiques de l’AS (durée, sévérité, lien avec l’agresseur) seront liées à l’intensité des symptômes de dissociation affichés par les enfants victimes.» (p. 322)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«L’échantillon se compose d’un groupe de 76 enfants âgés de quatre à six ans ayant dévoilé une agression sexuelle ainsi que d’un groupe de comparaison composé de 81 enfants âgés de quatre à six ans n’ayant pas dévoilé d’agression sexuelle.» (p. 318)

Instruments :
Questionnaires

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Les résultats indiquent que la fréquence des symptômes de dissociation est plus élevée chez les enfants ayant vécu une agression sexuelle que chez les enfants n’en ayant pas dévoilé. Les données révèlent que les enfants victimes d’agression sexuelle présentent davantage de symptômes de dissociation de nature pathologique que les enfants non victimes. Près du quart des enfants victimes d’agression sexuelle obtiennent des cotes atteignant le seuil clinique de dissociation. Malgré la différence entre les deux groupes concernant les symptômes de dissociation, les analyses n’identifient pas d’effet lié au sexe.» (p. 318) «De plus, il n’y a pas de différence significative entre les enfants victimes d’une AS intrafamiliale et ceux victimes d’une AS extrafamiliale sur le score moyen de dissociation […] et le score pathologique». (p. 324)