L’adoption coutumière et l’adoption québécoise: vers l’émergence d’une interface entre les deux cultures?

L’adoption coutumière et l’adoption québécoise: vers l’émergence d’une interface entre les deux cultures?

L’adoption coutumière et l’adoption québécoise: vers l’émergence d’une interface entre les deux cultures?

L’adoption coutumière et l’adoption québécoise: vers l’émergence d’une interface entre les deux cultures?s

| Ajouter

Référence bibliographique [10802]

Lavallée, Carmen. 2011. «L’adoption coutumière et l’adoption québécoise: vers l’émergence d’une interface entre les deux cultures? ». Revue générale de droit, vol. 41, no 2, p. 655-702.

Fiche synthèse

1. Objectifs



Intentions :
«Le présent article vise […] à mettre en lumière les rapprochements entre le droit civil et les valeurs autochtones en matière d’adoption […].» (p. 655)

Questions/Hypothèses :
L’auteure «[…] pose l’hypothèse de l’émergence d’une interface entre les deux cultures [autochtone et québécoise].» (p. 655)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«L’analyse est basée sur les décisions judiciaires publiées au cours des dix dernières années, ainsi que sur le rapport du Groupe de travail sur le régime québécois de l’adoption.» (p. 655)

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


«Dans la première partie, l’auteure aborde l’importance du relativisme culturel dans l’appréhension de l’adoption coutumière. La deuxième partie est consacrée à la réception de l’adoption coutumière par les tribunaux québécois. Elle explore les difficultés liées à la coexistence du droit étatique et du droit coutumier. Elle illustre également la complexité de l’interprétation de la notion d’intérêt de l’enfant autochtone selon l’importance accordée aux droits individuels ou aux droits collectifs. Finalement, la troisième partie de l’étude porte sur la réforme de l’adoption québécoise et sur la reconnaissance de l’adoption coutumière. Elle présente les nouveaux paramètres proposés au soutien d’une éventuelle réforme de l’adoption légale, ainsi que les enjeux autour de la reconnaissance de l’adoption coutumière. Les réalités ne sont pas forcément les mêmes dans les deux cultures, mais le défi consiste essentiellement, dans un cas comme dans l’autre, à préserver les droits et l’intérêt de l’enfant qui fait l’objet de l’adoption, peu importe la forme que celle-ci revêt.» (p. 655-656)