La contraception au Québec et en France. Histoires et interprétations

La contraception au Québec et en France. Histoires et interprétations

La contraception au Québec et en France. Histoires et interprétations

La contraception au Québec et en France. Histoires et interprétationss

| Ajouter

Référence bibliographique [10788]

Baillargeon, Denyse. 2011. «La contraception au Québec et en France. Histoires et interprétations». Dans La contraception : prévalence, prévention et enjeux de société , sous la dir. de Joseph Josy Lévy et Charton, Laurence, p. 67-86. Québec: Presses de l’Université du Québec.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«En matière de contraception, le Québec et la France se situent pratiquement aux deux pôles des nations occidentales. […] Comme on le verra dans ce chapitre, le ‘retard’ québécois […] tout comme la ‘précocité’ de la France […] a forcément conduit les historiens et historiennes à aborder la contraception sous des angles très différents. Alors qu’au Québec ils et elles ont surtout cherché à comprendre et à relativiser le décalage entre la société canadienne-française et les sociétés anglo-protestantes environnantes, en France ils et elles ont plutôt insisté sur les tentatives des autorités politiques, religieuses et médicales de contrer la ‘dépopulation’ et de favoriser le relèvement des naissances. [C]e texte cherchera à mettre en exergue ces deux parcours historiographiques en insistant non seulement sur ce qui les distingue, mais aussi sur ce qui les rapproche.» (p. 67-68)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


«Alors que pour la période avant 1970 les historiographies française et québécoise se démarquent par des thématiques liées à la spécificité de l’histoire de la contraception de ces deux sociétés, on peut dire que pour les décennies récentes elles ont emprunté des chemins similaires, la lutte pour l’avortement libre et gratuit constituant le thème de prédilection de plusieurs chercheuses. Cela n’est guère surprenant; de part et d’autre de l’Atlantique, cette revendication est devenue emblématique de la ‘deuxième vague’ féministe, du moins de sa frange la plus radicale qui est parvenue à forcer le débat public sur cette question au moyen de stratégies souvent percutantes et à obtenir, non sans peine, libéralisation. L’histoire des luttes pour l’avortement libre et gratuit, marquée par de nombreux épisodes, est maintenant bien documentée tant pour la France que pour le Québec. Sur le plan factuel, ces luttes se différencient bien évidemment en raison du contexte national spécifique dans lequel elles se sont déroulées; il reste cependant que quelques traits communs se dégagent, notamment l’âpreté du combat que les féministes ont dû mener. […] Les résistances ont […] été farouches, comme les péripéties qui ont mené à la modification des lois le laissent clairement voir.» (p. 80)