Qu’est-ce qui fonctionne pour prévenir la maltraitance envers les enfants?

Qu’est-ce qui fonctionne pour prévenir la maltraitance envers les enfants?

Qu’est-ce qui fonctionne pour prévenir la maltraitance envers les enfants?

Qu’est-ce qui fonctionne pour prévenir la maltraitance envers les enfants?s

| Ajouter

Référence bibliographique [10756]

Gagné, Marie-Hélène, Drapeau, Sylvie et Saint-Jacques, Marie-Christine. 2012. «Qu’est-ce qui fonctionne pour prévenir la maltraitance envers les enfants?». Dans Les enfants maltraités : de l’affliction à l’espoir , sous la dir. de Marie-Hélène Gagné, Drapeau, Sylvie et Saint-Jacques, Marie-Christine, p. 9-40. Québec: Presses de l’Université Laval.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Ce chapitre «vise à faire état des connaissances scientifiques et des enjeux actuels en matière de prévention de la maltraitance pour aiguiller les professionnels de la santé et de l’adaptation sociale, ainsi que les décideurs qui travaillent dans ces secteurs, vers les meilleures pratiques connues à ce jour.» (p. 10)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


Les conclusions de ce chapitre évoquent entre autres qu’ «[…] il convient de continuer à miser sur les programmes de visites à domicile destinés aux jeunes familles à risque, étant donné que cette modalité d’intervention ressort comme la plus efficace pour contrer les facteurs de risque de la maltraitance et réduire son incidence.» (p. 33) En ce qui a trait aux stratégies universelles, les auteures concluent qu’«[…] elles sont évidemment insuffisantes pour prévenir l’apparition de la maltraitance dans […] les familles, et il appert que les programmes axés sur l’acquisition de compétences parentales pourraient être mal adaptés à leurs besoins. Des programmes de soutien intensif apportant une réponse concrète aux besoins de base de la famille, offerts par des intervenants bien préparés à faire face à un niveau extrême d’adversité conjugale et familiale, pourraient s’avérer plus productifs. […] Au lieu de chercher à ‘’changer’’ ces parents et leur mode de vie, il serait peut-être plus avisé de chercher à réduire les conséquences néfastes de leurs conduites parentales inadéquates sur leurs enfants.» (p. 33)