Comprendre les conditions de vie et les facteurs en jeu dans la prise de risques sexuels des jeunes en difficulté

Comprendre les conditions de vie et les facteurs en jeu dans la prise de risques sexuels des jeunes en difficulté

Comprendre les conditions de vie et les facteurs en jeu dans la prise de risques sexuels des jeunes en difficulté

Comprendre les conditions de vie et les facteurs en jeu dans la prise de risques sexuels des jeunes en difficultés

| Ajouter

Référence bibliographique [10744]

Manseau, Hélène, Blais, Martin, Côté, Philippe-Benoit et Provencher, Marie-Andrée. 2011. «Comprendre les conditions de vie et les facteurs en jeu dans la prise de risques sexuels des jeunes en difficulté». Dans La contraception : prévalence, prévention et enjeux de société , sous la dir. de Joseph J. Lévy et Charton, Laurence, p. 179-198. Québec: Presses de l’Université du Québec.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«À partir d’un bilan de trois études qualitatives, nous décrirons les facteurs et les conditions de vie que les jeunes en difficulté associent à l’usage de méthodes contraceptives et prophylactiques.» (p. 183)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Les trois groupes étudiés comprenaient respectivement vingt adolescentes enceintes hébergées en centre jeunesse (âge moyen = 15,8 ans), 24 adolescents en centre jeunesse ayant vécu un épisode de paternité (âge moyen = 16,4 ans) et quarante-deux jeunes en situation de rue (18 jeunes femmes et 22 hommes; âge moyen = 23 ans).» (p. 183)

Instruments :
Guide d’entretien non-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


Des trois études employées, les auteurs ressortent quatre grands thèmes qui fournissent des pistes de réflexion pour des interventions futures en lien avec la contraception pour les jeunes en difficulté: «1) l’utilisation problématique du condom à cause de conditions de vie peu propices à un emploi généralisé; 2) des niveaux variables de connaissances et de mise en pratique des stratégies de réduction des risques; 3) des difficultés de communication sur la contraception et la prophylaxie; et 4) des représentations négatives de soi qui contribuent aux risques de grossesse et d’ITSS.» (p. 190) Puis, les auteurs mentionnent que «[…] la comparaison des discours de ces trois études qualitatives, réalisées en trois temps différents, met en relief des situations et des représentations sur la sexualité, la grossesse, la contraception et la santé qui peuvent dépendre de plusieurs facteurs autres que le statut des jeunes, comme le moment où les recherches ont été conduites.» (p. 195)