Vivre en famille, une protection contre le faible revenu : le cas de travailleurs actifs toute l’année

Vivre en famille, une protection contre le faible revenu : le cas de travailleurs actifs toute l’année

Vivre en famille, une protection contre le faible revenu : le cas de travailleurs actifs toute l’année

Vivre en famille, une protection contre le faible revenu : le cas de travailleurs actifs toute l’années

| Ajouter

Référence bibliographique [10726]

Crespo, Stéphane. 2011. «Vivre en famille, une protection contre le faible revenu : le cas de travailleurs actifs toute l’année ». Données sociodémographiques en bref, vol. 15, no 3, p. 11-12.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Certains travailleurs vivant en famille, et n’étant pas à faible revenu, pourraient se retrouver dans cette situation s’ils commençaient à vivre seuls. Pour illustrer ce scénario, cet article propose quelques données inédites.» (p. 11)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«L’étude s’appuie sur un échantillon de travailleurs de 25 à 64 ans, actifs sur le marché du travail toute l’année, et vivant en famille. Les données proviennent de l’échantillon québécois de l’Enquête sur la dynamique du travail et du revenu (EDTR), pour l’année 2008.» (p. 11)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


Selon l’auteur, «[e]nviron un particulier sur dix de 25 à 64 ans, vivant en famille, et actif sur le marché du travail toute l’année, ne dispose pas d’un revenu au moins égal au seuil du faible revenu d’une personne seule. La proportion est légèrement plus élevée chez les femmes que chez les hommes, et beaucoup plus élevée chez les particuliers qui alternent entre le travail et le chômage ou qui travaillent toute l’année, sans être toujours à temps plein, surtout s’il s’agit de femmes, que chez les particuliers qui travaillent à temps plein toute l’année. Pour une majorité des travailleurs vivant en famille, et dont le revenu individuel est sous le seuil d’une personne seule, la vie en famille les protège d’une situation de faible revenu. Or, celle-ci est encore plus importante chez les femmes ainsi que chez les travailleurs qui ne sont pas à temps plein toute l’année. Ainsi, advenant qu’ils vivent seuls, leur seule option serait d’accroître leur revenu afin d’éviter de se retrouver à faible revenu.» (p. 12)