Se remarier après un divorce ou le décès d’un conjoint : combien de personnes le font, après combien de temps et avec qui?

Se remarier après un divorce ou le décès d’un conjoint : combien de personnes le font, après combien de temps et avec qui?

Se remarier après un divorce ou le décès d’un conjoint : combien de personnes le font, après combien de temps et avec qui?

Se remarier après un divorce ou le décès d’un conjoint : combien de personnes le font, après combien de temps et avec qui?s

| Ajouter

Référence bibliographique [10721]

St-Amour, Martine. 2012. «Se remarier après un divorce ou le décès d’un conjoint : combien de personnes le font, après combien de temps et avec qui? ». Données sociodémographiques en bref, vol. 17, no 1, p. 5-7.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
L’auteure étudie les cas de remariage au Québec afin d’y souligner les «[…] changements dans les tendances historiques.» (p. 5)

Questions/Hypothèses :
«[D]ans quelle mesure les divorcés et les veufs se remarient-ils? Ceux qui convolent à nouveau le font-ils avec un conjoint qui leur ressemble en ce qui concerne leur âge et leur état matrimonial? Combien de temps s’écoule entre la fin d’un mariage et un remariage?» (p. 5)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
«Les données sur les mariages proviennent du Registre des événements démographiques (RED), tenu par l’Institut de la statistique du Québec […]. Les données sur les décès, qui servent à estimer le nombre de veufs, sont également compilées par le RED […]. Les données sur les divorces sont produites par Statistique Canada à partir des données du ministère de la Justice du Canada.» (p. 7)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


Selon l’auteure, «[l]es données montrent qu’une minorité de divorcés et qu’une très faible proportion de veufs décident de se remarier. Ceci ne surprend guère dans un contexte où même les célibataires se marient peu, préférant souvent vivre en union libre. Il apparaît également que les femmes sont moins portées à se remarier que les hommes, surtout les veuves. Quant au profil du nouveau partenaire, la majorité des personnes qui se remarient le font avec un conjoint qui a lui aussi déjà été marié. Rappelons enfin que les hommes divorcés ou veufs se distinguent par l’importance des unions avec une femme beaucoup plus jeune. Il est aussi plus fréquent pour une femme d’épouser un conjoint plus jeune lors d’un remariage que d’un premier mariage, mais l’écart est moins marqué que chez les hommes.» (p. 7)