Le père, un acteur méconnu du développement social de l’enfant

Le père, un acteur méconnu du développement social de l’enfant

Le père, un acteur méconnu du développement social de l’enfant

Le père, un acteur méconnu du développement social de l’enfants

| Ajouter

Référence bibliographique [10688]

Dubeau, Diane et Coutu, Sylvain. 2012. «Le père, un acteur méconnu du développement social de l’enfant». Dans Développement social et émotionnel chez l’enfant et l’adolescent, tome 1 , sous la dir. de Jean-Pascal Lemelin, Provost, Marc A., Tarabulsy, George M., Plamondon, André et Dufresne, Caroline, p. 273-290. Québec: Presses de l’Université du Québec.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Sous une apparente simplicité, cette intégration des pères à la composante parentale constitue de beaux défis d’ordres théorique, méthodologique et pratique posés à la communauté scientifique. Ce chapitre a pour objectif d’identifier certains de ces défis selon les avancées progressives des connaissances en ce domaine, témoignant de la complexité mais aussi de la richesse des contributions potentielles de la présence paternelle aux différents développements de l’enfant.» (p. 275)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


«Trois constats principaux sont issus des travaux recensés. Le premier témoigne de changements sociaux qui modifient le rapport à l’enfant que les mères et les pères établissent. Si la différence est vue comme une richesse pour l’enfant, lui permettant de multiplier ses apprentissages, elle constitue toutefois un défi de taille pour les parents. Reconnaître que l’autre fait les choses différemment, accepter que cela soit correct sans se sentir menacé dans ses compétences, voici le défi posé à l’équipe coparentale. […] Le second constat porte sur l’importance d’inclure l’enfant dans notre cadre d’analyse. À titre de partenaire actif, il contribue à la construction de la parentalité, de la maternité et de la paternité faudrait-il même lire. C’est ce qui explique que face à un même comportement manifesté par chacun des parents, l’enfant pourra y réagir de façon différente, tout comme il pourrait réagir de façon similaire à des comportements distincts manifestés par la mère et le père. […] En dernier lieu, les études recensées incitent à aller au-delà de la dimension comportementale pour considérer les aspects cognitifs liés à l’exercice des rôles parentaux.» (p. 287)