Les habiletés sociales et la gestion des émotions

Les habiletés sociales et la gestion des émotions

Les habiletés sociales et la gestion des émotions

Les habiletés sociales et la gestion des émotionss

| Ajouter

Référence bibliographique [10668]

Madrigrano, Gina et Barsetti, Ian. 2012. «Les habiletés sociales et la gestion des émotions». Dans La délinquance sexuelle des mineurs : approches cliniques , sous la dir. de Monique Tardif, Jacob, Martine, Quenneville, Robert et Proulx, Jean, p. 339-375. Coll. «Paramètres». Montréal: Les Presses de l’Université de Montréal.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Ce chapitre ne présente pas de façon exhaustive toutes les interventions possibles quant au traitement des habiletés sociales et de la gestion des émotions. Le but de ce chapitre consiste plutôt à présenter les aspects qui nous apparaissent essentiels et réalistes pour une clientèle adolescente.» (p. 371)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


«La modalité d’apprentissage des habiletés sociales comporte trois composantes: la communication, les habiletés sociales et sociosexuelles, ainsi que la gestion des émotions et leur communication. […] L’objectif de ce volet est de faire en sorte que l’adolescent acquière des connaissances de base qui lui seront bénéfiques dans ses interactions avec autrui et qu’il maîtrise également des habiletés qui lui permettront de vivre des relations sociales saines.» (p. 347-348) La composante concernant les habiletés sociales et sociosexuelles aborde beaucoup les relations amoureuses notamment: «[...] les différences sexuelles sur le plan interpersonnel entre les filles et les garçons, l’impact des divers types de victimisation sur les relations interpersonnelles, la communication sexuelle, les stratégies d’approches, détecter l’intérêt de l’autre et composer avec le rejet». (p. 357) «L’entrainement aux habiletés sociales ainsi qu’à la gestion des émotions est une partie importante d’un programme de traitement pour des adolescents qui ont commis des abus sexuels. Malgré l’hétérogénéité de cette population quant aux facteurs contributifs et déclencheurs et quant aux facteurs de réceptivité, des lacunes dans ces deux sphères sont souvent présentes. L’implication des parents en parallèle à la participation des jeunes est un aspect important qui améliore le pronostic du traitement.» (p. 372)