Soutenir le développement socioaffectif des enfants en difficulté de comportement par l’implantation de pratiques éducatives prometteuses

Soutenir le développement socioaffectif des enfants en difficulté de comportement par l’implantation de pratiques éducatives prometteuses

Soutenir le développement socioaffectif des enfants en difficulté de comportement par l’implantation de pratiques éducatives prometteuses

Soutenir le développement socioaffectif des enfants en difficulté de comportement par l’implantation de pratiques éducatives prometteusess

| Ajouter

Référence bibliographique [10662]

Capuano, France, Bigras, Marc, Poulin, François et Vinet, Isabelle. 2012. «Soutenir le développement socioaffectif des enfants en difficulté de comportement par l’implantation de pratiques éducatives prometteuses». Dans Développement social et émotionnel chez l’enfant et l’adolescent, tome 2 : applications pratiques et cliniques , sous la dir. de George M. Tarabulsy, Provost, Marc A., Lemelin, Jean-Pascal, Plamondon, André et Dufresne, Caroline, p. 77-129. Québec: Les Presses de l’Université du Québec.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Ce chapitre illustre et compare les caractéristiques de trois programmes de prévention de la violence qui ont fait l’objet d’une évaluation d’efficacité rigoureuse et qui ont fait leurs preuves pour réduire la violence chez les jeunes. […] De plus, deux autres programmes de prévention de la violence, cette fois implantés au Québec, qui ont fait l’objet d’une évaluation d’effectivité sont présentés et comparés avec les caractéristiques des trois premiers programmes […].» (p. 79)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


Les auteurs ont comparé les programmes Ces années incroyables (CAI), l’Étude longitudinale et expérimentale de Montréal (ÉLEM), Fast Track (FT), ainsi que les programmes Fluppy et l’Allié développés au Québec. «Cette comparaison [avec des programmes québécois] permet d’identifier les similitudes et les différences entre les pratiques reconnues efficaces dans le monde et celles que nous implantons au Québec. Des pistes de réflexion et d’action sont proposées pour améliorer les pratiques québécoises. Le présent chapitre met d’abord et avant tout en évidence que les agressions physiques sont des comportements fréquents chez les jeunes enfants et qu’avec des interventions adéquates de la part des agents de socialisation, ces agressions devraient se résorber ou prendre des formes mieux adaptées pour l’école.» (p. 79) Notons que chacun des cinq programmes présentés comprend un volet ’Parent’ qui illustre les interventions mises en place auprès de ce groupe de même que leurs objectifs.