Le suicide des jeunes au Québec et le cheminement scolaire : l’école est-elle toujours une source d’intégration sociale?

Le suicide des jeunes au Québec et le cheminement scolaire : l’école est-elle toujours une source d’intégration sociale?

Le suicide des jeunes au Québec et le cheminement scolaire : l’école est-elle toujours une source d’intégration sociale?

Le suicide des jeunes au Québec et le cheminement scolaire : l’école est-elle toujours une source d’intégration sociale?s

| Ajouter

Référence bibliographique [10658]

de Carufel, Simon. 2010. «Le suicide des jeunes au Québec et le cheminement scolaire : l’école est-elle toujours une source d’intégration sociale?». Mémoire de maîtrise, Ottawa (Ontario), Université d’Ottawa, Département de sociologie et d’anthropologie.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«[N]ous allons nous servir du suicide pour vérifier si le niveau d’intégration sociale des jeunes à leur société est influencé par leur passage dans le système d’éducation.» (p. 12)

Questions/Hypothèses :
«[L]a déviation du parcours scolaire standard est-elle un catalyseur de la propension au suicide des jeunes québécois?» (p. 12) Deux hypothèses sont mises de l’avant: «[1] la relation positive entre la déviation du cheminement standard et les taux de suicide serait plus forte à certains niveaux académiques, atteignant son impact maximal au niveau du secondaire. [2] le suicide féminin sera relié plus fortement au cheminement scolaire que le suicide masculin.» (p. 35-36)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


«Cette thèse est le résultat d’une analyse statistique inédite portant sur le lien entre le suicide des jeunes québécois et leur cheminement scolaire. Elle est également la rencontre de plusieurs champs d’études de la discipline sociologique: suicide, famille, éducation, relations de genres. […] Notre recherche repose sur un postulat de base: le suicide est causé par un déficit d’intégration sociale. Nos résultats ont montré clairement qu’il existe un lien puissant entre le suicide des jeunes et les parcours scolaires, mais uniquement pour les femmes. Les transformations récentes des structures familiales, de l’économie et l’évolution du système d’éducation québécois depuis soixante ans ont fait en sorte que l’école constitue une source d’intégration sociale importante pour les femmes. En effet, l’éducation constitue une des principales voies par laquelle elles peuvent atteindre leur indépendance et accéder aux emplois du secteur tertiaire, maintenant dominant dans l’économie. […] De son côté, le suicide des hommes était davantage influencé par des éléments sociodémographiques, notamment au niveau du revenu et des structures familiales. Il semble donc que le suicide des hommes et des femmes trouve sa source dans des facteurs d’intégration sociale bien différents.» (p. 5)